•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de « fortune » cette année : le coût de la vie préoccupe les pêcheurs de homard

La nouvelle saison de pêche au homard dans la zone 25 devrait commencer mercredi si le temps le permet.

Des bateaux de pêche amarrés au quai et des casiers à homard empilés sur le quai.

Des casiers et des bateaux dimanche au quai de l'Aboiteau, à Cap-Pelé.

Photo : Radio-Canada / Mina Collin

Radio-Canada

Le début de la saison de pêche au homard dans le détroit de Northumberland est prévu cette semaine. Cette pêche dans la zone 25 va durer neuf semaines.

Le lancement de cette nouvelle saison de pêche au homard était prévu mardi mais a été repoussé en raison des prévisions météorologiques défavorables.

Des bateaux de pêche sont amarrés au quai et des casiers à homards sont empilés sur le quai.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des casiers à homards et des bateaux de pêche dimanche au quai de l'Aboiteau, à Cap-Pelé

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

On l'a su à matin à 10 h 30 que c'était repoussé, a indiqué dimanche après-midi Junot LeBlanc, un de ces pêcheurs, à cause qu’ils annoncent du gros vent, puis ça serait dangereux.

Des bateaux de pêche amarrés au quai et des casiers à homards empilés sur le quai.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des casiers à homards empilés sur le quai de l'Aboiteau et des bateaux à Cap-Pelé dimanche

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Dimanche, des dizaines de spectateurs ainsi que des pêcheurs ont assisté à la messe au quai de l’Aboiteau, à Cap-Pelé, au Nouveau-Brunswick.

Un homme qui porte des bretelles et un chapeau de pêche est de dos sur le quai. Il a les deux bras en croix pendant qu'il célèbre une messe devant des dizaines de personnes qui lui font face.

La messe au quai de l'Aboiteau, à Cap-Pelé, dimanche

Photo : Radio-Canada / Mina Collin

Suivant la tradition, un prêtre a béni les bateaux puis a souhaité abondance et sécurité à tous.

Debout sur le quai devant des dizaines de personnes, un prêtre qui porte des bretelles, un chapeau de pêche et des lunettes fumées lève le bras droit dans les airs et regarde un papier dans sa main gauche pendant une bénédiction.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La messe au quai de l'Aboiteau, à Cap-Pelé, dimanche

Photo : Radio-Canada / Mina Collin

Au quai ce jour-là, certains pêcheurs ont fait état de certaines préoccupations, et ce n’était pas la météo.

La hausse du coût de la vie au cours de la dernière année touche tout le monde. Le prix du homard fluctue, mais le coût de l’équipement nécessaire pour pêcher a monté, ont-ils dit.

« Ça regarde pas bien. On sait pas le prix [du homard] encore. Le prix de la boîte, le prix du diesel ont tous monté. Je crois pas qu'on va faire une fortune cette année, mais on va essayer. »

— Une citation de  Junot LeBlanc, pêcheur de homard dans la zone 25
Deux hommes et une femme sur le quai à côté de casiers à homards empilés et près d'un bateau.

Le pêcheur Junot LeBlanc (à gauche) au quai de l'Aboiteau le 7 août.

Photo : Radio-Canada / Mina Collin

Le marché, ça pourrait faire mal au cœur. Mais il n’y a rien qu'on peut faire avec ça, c’est pas nous autres qui runne ça. C'est ça que c'est, dit son compère Danny H. Cormier.

Junot LeBlanc croit néanmoins que la ressource devrait être abondante cet été.

Des casiers à homards empilés dehors.

Des casiers à homards empilés au quai de l'Aboiteau dimanche

Photo : Radio-Canada / Mina Collin

Il ne reste plus qu’à mettre les casiers à l’eau dès que ce sera possible et à espérer que les prix offerts seront les plus élevés possible pour les pêcheurs de la région.

D’après le reportage de Mina Collin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !