•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay a célébré sa dernière messe en sol trifluvien

Pierre-Olivier Tremblay les bras ouvert qui regarde vers le haut.

Julie Grenon a rencontré monseigneur Pierre-Olivier Tremblay dimanche.

Photo : Radio-Canada

Après six ans passés au diocèse de Trois-Rivières, monseigneur Pierre-Olivier Tremblay tire sa révérence. Il a célébré dimanche sa dernière messe à la cathédrale de Trois-Rivières.

Mgr Tremblay a été évêque auxiliaire du diocèse de Trois-Rivières et recteur du sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap durant six ans. La reconnaissance est le maître-mot du discours de l’évêque qui quitte la région cette semaine.

Il qualifie d’intenses les années passées à Trois-Rivières. Il ajoute qu'elles lui ont permis de découvrir des gens formidables.

« Je ne me suis pas ennuyé du tout pendant mon séjour ici. Ce qui m’a touché le plus, ce sont les gens. »

— Une citation de  Pierre-Olivier Tremblay, nouvel évêque de Hearst-Moosonee

Nommé évêque dans le diocèse de Hearst-Moosonee dans le Nord de l’Ontario, monseigneur Tremblay compte aujourd’hui sept missions à son actif. Et chaque fois, ce sont des au revoir. Ce qui me touche le plus, c’est que les liens qu’on tisse restent. C’est sûr qu'ils n'auront plus la même intensité, la même proximité, mais il reste quelque chose que je n’oublierai jamais, confie l’évêque.

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay devant des fidèles.

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay a célébré sa dernière messe comme évêque de Trois-Rivières dimanche, à la cathédrale.

Photo : Radio-Canada

Nombreux sont les fidèles qui tenaient à le saluer à l’occasion de son dernier office en sol trifluvien. Certains soulignent l’humanité qui habite monseigneur Tremblay et sa grande capacité à entretenir les relations humaines. D’autres se rappelleront son ouverture, son attention et son écoute.

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay met un point d’honneur à être en relation avec les fidèles. Il est d’ailleurs très présent sur les réseaux sociaux. Ce qui lui permet de rester en contact avec la communauté. La proximité, pour moi, c’est quelque chose de très précieux.

Plus proches des communautés autochtones

Le territoire du futur diocèse de l’évêque longe une partie de la baie James où se trouvent plusieurs communautés autochtones. Appelé à évoluer dans d’autres cultures, il entend s’enrober d’humilité pour mener à bien sa mission. Quand on s’en va dans un autre endroit avec d’autres mentalités et d’autres cultures, il faut se mettre à l'écoute.

Travailler dans ces communautés revêt une très grande importance pour monseigneur Tremblay. L’évêque déplore le passé colonial qui entache le Canada, faisant référence au système des pensionnats pour Autochtones, qui consistait à assimiler de force des enfants des Premières Nations. Selon lui, la récente visite du pape au pays est importante, en ce sens qu’elle suscite une prise de conscience collective en lien avec ce passé peu reluisant du pays.

Impatient d’entamer sa nouvelle mission, il remercie la communauté trifluvienne et l’ensemble des fidèles de la région pour ses belles années.

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay après sa dernière messe à la cathédrale de Trois-Rivières.

Monseigneur Pierre-Olivier Tremblay a accordé une entrevue à Radio-Canada après sa dernière messe dimanche.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !