•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un camp d’été fait découvrir le métier de pompière à des adolescentes

Des filles en combinaison de pompier, qui fixent l'appareil-photo.

L'idée du camp Ignite, c'est de montrer aux adolescentes qu'une carrière de pompière est possible, même si le choix n'est pas populaire en ce moment.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Vancouver, un camp d’été permet à 27 adolescentes d’envisager à quoi ressemblerait une carrière de pompière.

Vous ne pouvez pas devenir ce que vous n’avez jamais vu. C’est notre devise, dit Jody Dobush, une pompière de Burnaby qui dirige le camp Ignite. Nous voulons mettre de l’avant des pompières professionnelles et créer des occasions pour que les filles puissent les voir et s’en inspirer.

Selon l’Association canadienne des chefs de pompiers, seuls 4,4 % des pompiers au Canada sont des femmes.

Quand vous y pensez, 4 %, ce n'est pas beaucoup de femmes qui travaillent aux services d’incendie, déplore la fondatrice du camp Ignite, Jenn Dawkins. On a besoin de différentes personnes avec différentes expériences de vie, et une telle diversité doit inclure des femmes.

Avec l'aide de pompières professionnelles, les jeunes participantes suivent différents entraînements. Elles vont ainsi attacher un boyau à une borne-fontaine, monter une échelle de 10 m, ou répondre à un appel d’urgence en enfilant une combinaison de protection contre les matières dangereuses.

À travers la transpiration, une expérience inspirante

Une participante a été surprise de l’épreuve physique que représente le métier.

Lorsque vous vous entraînez en portant tout l’équipement, c’est un sauna, s’est étonnée Keira Thomson, 16 ans. Mes pantalons sont trempés à cause de la transpiration. J’apprends à être à l’aise avec l’inconfort!

Certaines jeunes se sont inscrites parce qu'elles ont été marquées par les incendies de forêt qui sévissent en Colombie-Britannique.

C’est le cas de Jordan Letoria, 17 ans, de Prince George. C'est difficile ce qui arrive aux gens : devoir évacuer et perdre tout du jour au lendemain. J'espère pouvoir les aider et combattre les feux.

Je veux être celle qui éteint l’incendie pour que les gens puissent rentrer chez eux, dit Keira Thomson.

Simran Vanjara songeait déjà à devenir pompière de feux de forêt. Le camp Ignite a solidifié sa décision. C’est fantastique de savoir qu’il y a d’autres filles comme moi, qui veulent embarquer dans un secteur dominé par les hommes.

Avec les informations de Janella Hamilton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !