•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tourisme derrière la montée des crimes à Kelowna, selon la GRC

Vue aérienne de la ville de Kelowna, sur le bord du lac Okanagan.

Le maire de Kelowna, Colin Basran, croit qu'augmenter les ressources policières de la ville serait une solution aux taux de criminalité en augmentation.

Photo : Ville de Kelowna

Radio-Canada

La surintendante de la Gendarmerie royale du Canada à Kelowna, Kara Triance, croit que le tourisme et la croissance démographique expliquent l’augmentation des taux de criminalité dans la ville de l’Okanagan, telle que soulignée par les dernières données de Statistique Canada.

Toutes sortes de touristes arrivent dans notre région pour faire l’expérience de cet endroit incroyable. On voit un nombre croissant d’incidents impliquant la police qui correspond à l'augmentation du tourisme et de la population, affirme Kara Triance.

Selon de dernières données de Statistiques Canada sur les crimes déclarés par la police en 2021, la région métropolitaine de recensement de Kelowna a le taux de criminalité le plus élevé au pays avec 11 112 crimes pour 100 000 habitants.

La ville est aussi une des régions métropolitaines du pays où la croissance démographique est la plus forte, avec 222 000 habitants actuellement.

Le taux de crimes y a augmenté de 7 % en 2021 par rapport à l’année précédente, et place Kelowna en avant des autres régions métropolitaines de la Colombie-Britannique recensées, soit Vancouver, Victoria et Mission-Abbotsford.

Kelowna, et Lethbridge, en Alberta, rapportent aussi le plus haut taux d’infractions liées aux opioïdes, toujours selon Statistique Canada.

La surintendante affirme d’ailleurs que le trafic de drogues et le crime organisé ont aussi leur part de responsabilité dans l’insécurité qui règne dans la ville.

Je ne crois pas que la réponse réside seulement dans l’augmentation des effectifs policiers, a-t-elle déclaré au micro de l’émission Daybreak South. Nous avons affaire à des incidents liés à la consommation de substances illicites. La santé mentale, les problèmes de dépendance, d’itinérance, sont tous des facteurs à considérer.

Le maire de Kelowna, Colin Basran, croit de son côté qu’il faut embaucher davantage d’agents pour s’adapter à la croissance démographique.

La Ville précise que son budget pour la GRC a augmenté de 84 % dans les 6 dernières années, passant de 28 millions $ en 2016 à 51 millions $ en 2022, période durant laquelle 49 agents ont été embauchés.

Colin Basran indique que lui et d’autres maires de la Colombie-Britannique sont en dialogue avec la province pour déterminer si l’augmentation des effectifs policiers est nécessaire pour contrer les criminels multirécidivistes.

Pour l’homme d’affaires et candidat à la mairie pour les élections d’octobre, Tom Dyas, embaucher plus d’agents ne règlera pas la hausse de la criminalité.

Il ne croit pas non plus que les touristes sont à l’origine du problème. Si c’était le cas, d’autres municipalités comme Whistler, ou Niagara Falls seraient dans le même bateau, croit-il.

Avec les informations de Daybreak South

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !