•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La climatisation, une nécessité et non un luxe pour les populations vulnérables

Une thermopompe et un climatiseur à côté d'une maison de brique.

Le rapport du coroner sur les décès associés au dôme de chaleur de 2021 recommande d'explorer la possibilité de distribuer des climatiseurs portables aux populations à risque en tant qu'équipement médical.

Photo : iStock / CRobertson

Radio-Canada

Un rapport de 2017 révèle que la société provinciale de logement abordable BC Housing a désactivé les appareils de climatisation dans plusieurs de ses immeubles afin de réduire les coûts énergétiques. Des urbanistes et des défenseurs des droits des communautés vulnérables croient que cela reflète une approche généralisée dans la province, où les climatiseurs sont considérés comme un luxe énergivore plutôt que comme une nécessité de la vie en période de canicule.

La présidente de la Commission de planification de la Ville de Vancouver, Robyn Chan, a fait la découverte de ce rapport lors de recherches préparatoires en vue du triste anniversaire du dôme de chaleur qui a fait 619 morts l’an dernier en Colombie-Britannique. La majorité de ces victimes étaient des personnes qui n’avaient pas de système de climatisation chez elles.

Le rapport de 2017 examine l’installation de thermopompes dans ses bâtiments en 2010-2011 – des appareils qui permettent non seulement de chauffer mais aussi de climatiser les édifices en période de forte chaleur – et les leçons à tirer de ce changement.

Ce rapport décrit notamment les manières dont certains locataires ont réussi à contourner les réglages du système de climatisation et affirme que certains en ont abusé puisque ce n’était pas eux qui payaient les frais d’électricité.

Il précise aussi que BC Housing a désactivé la climatisation dans 179 logements de trois édifices à Vancouver et d'un immeuble à Surrey.

La décision de désactiver la climatisation a été prise non pas en fonction du confort ou de la santé des locataires mais plutôt en fonction d’intérêts financiers, a dit Robyn Chan.

Un porte-parole de BC Housing affirme que la climatisation a été rétablie dans une des propriétés concernées cette année, à la lumière du rapport, et que des travaux sont en cours pour la réactiver aux trois autres endroits.

Puisqu'il y a encore place à amélioration, nous avons pris des mesures décisives pour être prêts à affronter les épisodes de chaleur intense, a-t-il déclaré en citant une initiative de distribution de ventilateurs, de climatiseurs portatifs et de vaporisateurs d’eau à certains locataires, et ce, au cas par cas.

Problèmes de ventilation

Gabrielle Peter, une analyste en matière de politiques publiques et une écrivaine en situation de handicap, croit que cet incident reflète une attitude généralisée en Colombie-Britannique au sujet des climatiseurs.

L’actuelle campagne provinciale de sensibilisation aux épisodes de forte chaleur en est un exemple, selon elle. Ils donnent des conseils à ceux qui sont le moins susceptibles de mourir à cause de la chaleur et font abstraction tous les autres, dit-elle.

« Je crois que les gens devraient pouvoir polluer autant qu’ils le veulent s’il s’agit d’une question de vie ou de mort. »

— Une citation de  Gabrielle Peters, analyste en matière de politiques publiques

Gabrielle Peters souligne qu'un grand nombre de personnes à faible revenu vivent dans de petits appartements mal ventilés où la circulation de l'air passe uniquement par les fenêtres, ce qui entraîne un risque accru d’épuisement à cause de la chaleur.

Dire aux gens de se mettre un linge humide sur le front n’est pas une mesure de prévention efficace pour contrer la chaleur intense.

Mme Peters réclame des politiques diversifiées pour distribuer des climatiseurs aux populations à risque et pour les aider à les installer chez elles.

Le dernier rapport du coroner examine la possibilité de classer ces appareils comme de l’équipement médical et de les rendre accessibles aux personnes vulnérables.

Il recommande également d’apporter des modifications au Code du bâtiment en ce qui a trait à la chaleur.

Avec les informations d’Akshay Kulkarni

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !