•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taux de criminalité au Canada en 2021 : Moncton se classe au troisième rang

Plan rapproché du mot police en bleu sur un véhicule blanc. Photo prise à Calgary, en Alberta, le 28 juin 2022.

Seules Kelowna, en Colombie-Britannique, et Lethbridge, en Alberta, ont affiché des taux de criminalité plus élevés que celui de Moncton en 2021.

Photo : Radio-Canada / David Bell

Radio-Canada

Un nouveau rapport de Statistique Canada révèle que Moncton détient le troisième taux de criminalité déclaré par la police au Canada en 2021.

Parmi les villes métropolitaines, seules Kelowna, en Colombie-Britannique, et Lethbridge, en Alberta, ont affiché des taux de criminalité plus élevés en 2021, selon ce rapport publié le 2 août.

Graphique des taux de criminalité des principales villes du Canada.

Statistiques des taux de criminalité déclarés par la police des principales villes du Canada en 2021 pour chaque tranche de 100 000 habitants.

Photo : Statistique Canada

Le taux de criminalité traditionnel a été utilisé pour mesurer les crimes déclarés par la police au Canada et est exprimé comme un taux pour 100 000 personnes. Le taux de criminalité est calculé en additionnant toutes les affaires qui relèvent du Code criminel déclarées par la police et en divisant par le nombre de personnes.

À Moncton, le taux a bondi de 7 %, passant de 8588 pour 100 000 personnes en 2020 à 9168 en 2021.

Hausse de l’indice de gravité de la criminalité

Moncton se classe également au quatrième rang pour l’indice de gravité de la criminalité, ou IGC, qui a augmenté de 9 %.

Tableau des indice de gravité de la criminalité en 2021.

Statistiques de l'indice de gravité de la criminalité dans les principales ville du Canada pour chaque tranche de 100 000 habitants en 2021.

Photo : Statistique Canada

Warren Silver, un analyste de Statistique Canada, a déclaré que l’augmentation de l’IGC était attribuable à des crimes graves plus souvent signalés.

« Essentiellement, nous disons que la criminalité est 9 % plus grave en 2021 qu’elle l’a été en 2020. Ce qui explique cette hausse, c’est l’augmentation des introductions par effraction ainsi que celle des agressions sexuelles de niveau 1. »

— Une citation de  Warren Silver, analyste de Statistique Canada

Les agressions sexuelles sont classées selon les degrés de gravité par Statistique Canada. Le niveau 1 est le moins grave, y compris toute violation de l’intégrité sexuelle de la victime.

L’agression sexuelle de niveau 2 se caractérise par l'utilisation d'une arme, par des lésions corporelles ou par des menaces armées.

Le niveau 3 est aussi connu sous le nom d’agression sexuelle grave, qui implique une agression sexuelle qui blesse, mutile, défigure ou met en danger la vie de la victime.

Les chiffres ne comprennent que les crimes déclarés par la police et le rapport mentionne que toute augmentation en 2021 pourrait être attribuable à une diminution du nombre de crimes signalés en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19.

Une voiture de police.

À l’échelle provinciale, le Nouveau-Brunswick affiche le huitième taux de criminalité le plus élevé parmi les 13 provinces et territoires du pays.

Photo : Avec la gracieuseté de Police régionale de Kennebecasis. / Avec la gracieuseté de la Police régionale de Kennebecasis.

En juin, les conseillers municipaux de Moncton ont tenu une réunion spéciale pour débattre d’un plan de sécurité publique qui comprenait 22 recommandations sans échéancier ni coûts prévus.

Parmi ces recommandations, il y a le nettoyage des tentes de résidents sans domicile fixe dans un délai de 72 heures et les dépenses supplémentaires pour accroître le nombre d’agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans la région.

Selon le rapport, le taux de criminalité à Saint-Jean a diminué d’environ 4 % en 2021 par rapport à l’année précédente. En 2020, Saint-Jean avait le troisième taux de criminalité le plus élevé, mais en 2021, il s’est classé 28e sur la liste de toutes les villes métropolitaines canadiennes.

Le Nouveau-Brunswick au 8e rang

À l’échelle provinciale, le Nouveau-Brunswick affiche le huitième taux de criminalité le plus élevé parmi les 13 provinces et territoires, et il a augmenté de 8 % par rapport à l’année précédente, ce qui le place au-dessus de la moyenne nationale. Les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Yukon affichaient le taux de criminalité le plus élevé parmi les provinces et les territoires.

La gravité des crimes violents au Nouveau-Brunswick a augmenté de 7 % par rapport à l’an dernier, tandis que le taux de criminalité chez les jeunes a diminué de 5 %.

Le taux global de criminalité au Canada a augmenté de un point de pourcentage. Cette hausse est principalement attribuable à une augmentation de 18 % du taux d’agressions sexuelles de niveau 1, qui représentait 98 % des agressions sexuelles déclarées par la police en 2021.

Une affiche de la G R C.

Le taux global de criminalité au Canada a augmenté de un point de pourcentage.

Photo : Gracieuseté

Le taux d’agressions sexuelles au Canada en 2021 est le plus élevé depuis 1996.

Le nombre de crimes haineux signalés a également augmenté de 36 % par rapport à 2020 au Canada. Au total, le nombre de crimes haineux déclarés par la police a augmenté de 72 % de 2019 à 2021.

À l’échelle nationale, les taux d’introductions par effraction, de vols de moins de 5000 $ et de vols qualifiés ont continué à diminuer.

Les infractions liées aux opioïdes ont été le seul type d’infraction lié à une drogue en particulier à augmenter au cours des deux dernières années au Canada.

Toutes les infractions liées aux opioïdes ont augmenté de 13 % par rapport à l’année précédente. Ces infractions comprennent la possession, le trafic, la production ainsi que l’importation ou l’exportation.

L’Agence de la santé publique du Canada a déclaré que la pandémie de COVID-19 aggrave la crise de santé publique actuelle liée aux décès par surdose d’opioïdes et aux hospitalisations.

Au cours de la première année de la pandémie, il y a eu 7362 décès liés aux opioïdes, soit une augmentation de 96 % par rapport à l’année précédente, selon l’Agence.

D’après un reportage de Prapti Bamanija, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.