•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hydravion s’écrase lors d’une tentative d’amerrissage à Saint-Félix-d’Otis

Le nez d'un petit avion apparaît derrière un cabanon dont le toit a été endommagé.

Le nez de l'appareil est visible derrière ce cabanon.

Photo : avec l'aimable autorisation de Marie-Pier Boudreault

Radio-Canada

Un hydravion s'est écrasé à Saint-Félix-d'Otis vers 15 h 30 samedi. Le pilote a subi des blessures graves, mais on ne craint pas pour sa vie.

Le pilote était seul à bord de l'appareil. Le septuagénaire aurait connu des difficultés alors que l'hydravion était en plein vol.

Selon la Sûreté du Québec (SQ), l'appareil a terminé sa course au moment où il est entré en collision avec des arbres se trouvant sur un terrain privé du chemin du Lac-à-la-Balle.

Plusieurs personnes étaient présentes lors de l'écrasement. Les témoins étaient persuadés que le pilote allait réussir à amerrir avant qu'il ne touche les arbres.

On était en train de se baigner et on a entendu un bruit de moteur d'avion s'arrêter. On a vu l'appareil apparaître un peu derrière nous. Je pense que le monsieur a voulu faire une tentative d'amerrissage. Il s'est tourné pour s'en venir vers le lac. Nous, on pensait, au départ, qu'il allait être capable d'amerrir comme il faut parce qu'on le voyait plus haut que les arbres, mais finalement il a frappé les têtes des arbres et il a atterri sur la remise, raconte Stéphane Larouche.

Un hydravion est coincé entre des arbres.

L'hydravion a terminé sa course lorsqu'il est entré en collision avec des arbres sur un terrain privé du chemin du Lac-à-la-Balle.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Le pilote a été conduit à l'hôpital pour y être traité pour des blessures graves. Heureusement, sa vie ne serait pas en danger.

Kevin Bonin a été le premier à porter secours au septuagénaire, qui était toujours conscient après l'impact.

Je lui ai demandé s'il m'entendait, il m'a répondu, raconte M. Bonin. Je lui ai aussi demandé s'il saignait, s'il était capable de bouger et il m'a répondu que c'était le cas, alors j'étais assuré qu'il était correct.

Finalement les voisins sont arrivés et ce sont eux qui ont aidé le pilote à sortir de l'avion, ajoute M. Larouche.

La thèse criminelle a été écartée par la SQ. Par contre, la cause exacte de l'écrasement n'a pas été déterminée.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada va se pencher sur le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !