•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le défilé de Fierté Montréal est annulé, des marches spontanées s’organisent

Des centaines de personnes marchent au milieu de la rue Sainte-Catherine à Montréal.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Montréal afin de marcher pour la Fierté malgré l'annulation du défilé officiel qui était prévu sur le boulevard René-Lévesque.

Photo : Radio-Canada / Jean Philippe Hughes

Radio-Canada

Mécontentes de l'annulation à la dernière minute du défilé de la Fierté par l'organisation, des milliers de personnes ont pris part à divers rassemblements et défilés improvisés au centre-ville de Montréal.

Du square Dorchester à la place Émilie-Gamelin, plusieurs centaines de personnes convergent vers l'esplanade du Parc olympique, où se déroulent des activités aujourd'hui, notamment le spectacle de clôture de Fierté Montréal.

À 9 h dimanche matin, Fierté Montréal a décidé d'annuler son défilé, qui devait commencer à 13 h, en raison d'un manque de personnel de sécurité et de bénévoles le long du parcours.

Une femme avec un chapeau orné de plumes sourit à un photographe.

Au square Dorchester, des gens se sont rassemblés dimanche pour organiser un nouveau défilé au centre-ville afin de célébrer la Fierté.

Photo : Radio-Canada / Jean Philippe Hughes

Fierté Montréal a d'abord affirmé que la décision d'annuler le défilé avait été prise en accord avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tôt dimanche matin. Plus tard en journée, l'organisme s'est rétracté, précisant que la décision d’annuler le Défilé a été prise par Fierté Montréal et que le SPVM n’était pas impliquée dans la décision.

De son côté, le SPVM a appris ce matin que l'annulation du défilé et n’a pas participé à cette décision. Comme chaque année, nous étions prêts à encadrer l’événement et nous y serons à chaque édition, a déclaré le corps policier dans une publication sur Twitter.

Le directeur général de Fierté Montréal, Simon Gamache, a indiqué que c’est un manque de ressources embauchées et bénévoles qui a incité l’organisation du défilé à l'annuler quelques heures à peine avant qu’il ne se mette en branle. Or, ces ressources sont essentielles pour assurer la fermeture des rues, a-t-il dit lors d’une entrevue à D’abord l’info diffusée sur ICI RDI dimanche matin.

Simon Gamache, directeur général de Fierté Montréal, au micro de « Tout un matin ».

Simon Gamache, directeur général de Fierté Montréal

Photo : Radio-Canada / Jean-Baptiste Demouy

Selon lui, il manquait près de 80 personnes, des salariés embauchés et des bénévoles, pour assurer la tenue de l’événement et qu’un appel à tous pour trouver des bénévoles n'était pas possible puisque l’organisation doit former le personnel avant le défilé. On ne peut pas se revirer sur un 10 cents, a-t-il soutenu.

Quant aux entreprises, commanditaires et partenaires qui ont contribué financièrement au défilé, ce sera du cas par cas, a convenu M. Gamache.

Près de 100 000 spectateurs et 12 000 participants étaient attendus pour le défilé.

La mairesse Plante veut des réponses

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, d'abord a fait part de son mécontentement lors d’une conférence de presse dimanche matin.

C’est très triste et je m’explique mal qu’on annule, a commenté Mme Plante, qui avait préparé un costume rose pour aller marcher au défilé de la Fierté. Montréal est une ville de diversité, a-t-elle dit en exprimant sa frustration que le défilé ait été annulé à la dernière minute.

C’est le plus important événement [du genre] en Amérique du Nord et on y croit. [Si] on avait été au courant qu’il manquait des effectifs, on aurait fait le nécessaire, a-t-elle ajouté.

« Des questions demeurent autour de son annulation à la dernière minute par Fierté Montréal. Nous attendons des réponses et un ''post-mortem''. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal, sur Twitter

Même son de cloche du côté du porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, qui a qualifié l'annulation de dommage avant d'ajouter que l'organisation a des comptes à rendre.

Plusieurs politiciens des divers ordres de gouvernement devaient prendre part au défilé, y compris le premier ministre François Legault. Même si l’événement est annulé, c’est important que les minorités sexuelles et de genre se sentent à l’aise dans notre société, a-t-il publié sur son compte Twitter.

Le chef de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Aref Salem, s'est quant à lui déclaré très triste d’apprendre l’annulation du défilé de la Fierté. Pour lui, cet événement est très attendu et très important, et son annulation démontre la fragilité et les défis de nos organismes.

De son côté, le Conseil québécois LGBT s'est dit déçu de l’annulation du défilé cette année.

Annuler un événement aussi emblématique [...] n’est pas une décision qui se prend à la légère. La sécurité de nos communautés est toujours la priorité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !