•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Échecs : le Russe Arkadi Dvorkovitch réélu à la tête de la FIDE

Un jeu d'échecs.

Le Russe a obtenu le vote de 157 fédérations nationales alors que l’Ukrainien Andreï Barychpolets n'en a eu que 16.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Agence France-Presse

L'ancien vice-premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch a été réélu dimanche président de la Fédération internationale des échecs (FIDE) face à un rival ukrainien qui affirmait que la position du Russe était intenable du fait de la guerre.

Réunies en Inde, un total de 157 fédérations nationales d'échecs sur 179 ont voté en faveur de M. Dvorkovitch, a annoncé le chef de la commission électorale de la FIDE, Roberto Rivello.

Le Russe faisait face au grand maître ukrainien Andreï Barychpolets, qui n'a recueilli que 16 voix. Cinq délégués se sont abstenus et un vote a été déclaré nul.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a réagi dimanche en qualifiant la réélection de son compatriote de très bonne nouvelle et de victoire très significative.

De nombreux responsables russes ont été frappés par des sanctions depuis l'invasion de l'Ukraine, en février. Toutefois, Arkadi Dvorkovich, 50 ans, qui a servi sous le président Vladimir Poutine en tant que vice-premier ministre de 2012 jusqu'à son élection à la présidence de la FIDE en 2018, a réussi à conserver son fauteuil.

Le perdant réagit

Peu avant le vote, Andreï Barychpolets a accusé M. Dvorkovitch d'avoir des liens très étroits avec le gouvernement russe.

« Vous, Arkadi, êtes responsable de ce qui se passe en Ukraine maintenant. Vous êtes responsable de la montée en puissance du gouvernement russe et de la machine de guerre de la Russie. Comment nous, le monde des échecs, pouvons-nous nous permettre cela? »

— Une citation de  Andreï Barychpolets, candidat défait à la présidence de la FIDE

M. Dvorkovich a répondu qu'il avait adopté une position forte sur les événements tragiques en Ukraine et qu'il avait soutenu la réduction de la participation de la Russie à la FIDE.

En mars, Arkadi Dvorkovitch avait semblé critiquer l'invasion russe en affirmant que ses pensées [allaient] aux civils ukrainiens.

Les guerres ne tuent pas seulement des vies inestimables. Les guerres tuent les espoirs et les aspirations, gèlent ou détruisent les relations et les liens, avait-il déclaré au site d'information américain Mother Jones.

Ces commentaires ont suscité des critiques en Russie et M. Dvorkovitch a ensuite fait marche arrière en déclarant qu'il n'y avait aucune place pour le nazisme ou pour la domination de certains pays sur d'autres.

Ces propos ont été perçus comme un soutien au Kremlin, qui dépeint l'Ukraine comme étant dirigée par des nazis et qui accuse l'Occident de vouloir placer le pays sous son contrôle.

La Russie domine largement le monde des échecs depuis des décennies.

L'excentrique politicien et milliardaire Kirsan Ilioumjinov, qui prétendait avoir rencontré des extraterrestres et que le jeu d'échecs avait été inventé par les Russes, a ainsi régné sur la FIDE pendant 23 ans avant son limogeage, en 2018.

M. Dvorkovitch a été largement considéré comme un administrateur compétent, notamment pendant la pandémie de COVID-19.

Il a fait de l'Indien Viswanathan Anand, cinq fois champion du monde et un des plus grands noms des échecs à l'heure actuelle, son adjoint et son colistier pour l'élection de la FIDE.

Nous nous présentons sur la base d'un bilan solide et des réalisations de M. Dvorkovitch et de son équipe au cours des quatre dernières années, a déclaré M. Anand dans une entrevue accordée à l'AFP en juillet.

Les décisions du président ont démontré qu'il est indépendant de l'influence du Kremlin. En plus de cela, [la FIDE] a établi des liens avec de nombreux commanditaires et pays et a réussi à organiser la plupart des activités de la FIDE, par exemple le Championnat du monde [...], hors de la Russie, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !