•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guerre en Ukraine : un cadre de l’occupation russe meurt après un attentat

Des aînés sur un banc entourés de militaires russes non-identifiables.

La ville ukrainienne de Kherson est sous occupation russe (photographie prise lors d'un voyage organisé par le ministère russe de la Défense, archives).

Photo : Associated Press

Agence France-Presse

Un fonctionnaire de l'administration d'occupation russe dans la région méridionale ukrainienne de Kherson a succombé à ses blessures après un attentat, ont annoncé les autorités locales nommées par Moscou.

Vitali Goura, chef adjoint de l'administration de Nova Kakhovka, en charge des services communaux, est décédé des suites de ses blessures, a indiqué samedi soir une responsable locale, Katerina Goubareva.

Ce cadre avait été grièvement blessé samedi matin après un attentat à son domicile et souffrait de multiples blessures par balles, avait indiqué une source anonyme de cette administration, citée par l'agence TASS.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

La localité de Nova Kakhovka, sur le Dniepr et sous contrôle russe, est située à environ 80 kilomètres à l'est de la ville de Kherson.

Ces derniers mois, plusieurs fonctionnaires nommés par Moscou ont été la cible d'attentats dans les territoires ukrainiens occupés par l'armée russe.

Depuis qu'une grande partie de la région de Kherson et qu'une partie de celle de Zaporijia ont été prises, le Kremlin y mène une politique de russification en vue d'une possible annexion. Moscou y a introduit le rouble et encourage les résidents à recevoir des passeports russes.

Parallèlement, l'armée ukrainienne mène depuis plusieurs semaines des contre-offensives sur le front de Kherson. Elle est parvenue à regagner du terrain et à se rapprocher de cette ville de 290 000 habitants, mais ne parvient pas pour l'heure à percer profondément les défenses russes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !