•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Franco-Fête « pour se retrouver », dans une ambiance de fête de rue

Jojo & Brio, en costumes colorés, saluent le public après leur concert.

Jojo & Brio ont amusé les tout-petits.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Francophones et francophiles torontois sont invités cette fin de semaine à renouer avec la Franco-Fête qui se tient cette année dans l’ouest de la ville, près de l’avenue Ossington, plutôt qu’au square Dundas, comme avant la pandémie.

Les organisateurs ont choisi ce nouvel emplacement dans le but de créer une atmosphère de fête de quartier, avec une scène extérieure. Les concerts se déplacent en soirée au bar The Painted Lady.

Après deux années en virtuel, il faut ramener les gens, retrouver notre public, affirme l’adjointe à la programmation, Sophie Bernier.

On sait aussi que la communauté francophone se renouvelle souvent. Des gens partent, d’autres arrivent, poursuit-elle. Il y a peut-être des gens qui sont arrivés au cours des trois dernières années et qui ne connaissent pas la Franco-Fête.

Sophie Bernier en entrevue devant une tente.

Sophie Bernier affirme que l'un des défis est de ramener le public, après deux ans de festival en virtuel.

Photo : Radio-Canada

Ce festival est consacré à la francophonie des Amériques.

On a voulu donner une place à des artistes originaires de différents coins des Amériques et qui ont tous en commun la langue française, souligne Mme Bernier.

Aux artistes québécois et franco-ontariens s’ajoutent donc d’autres musiciens originaires de la Colombie, du Brésil et d’Haïti, notamment.

Christian de la Luna est un de ces artistes. Originaire de la Colombie, il vit maintenant en Alberta.

Pour moi, c’est un plaisir de participer à des événements francophones, raconte-t-il. C’est merveilleux de voir la francophonie dans le monde, au pays. C’est génial!

C’est son premier contact avec le public ontarien. J’espère que les gens vont s’amuser, vont danser, lance-t-il. On est là pour ça.

Le festival se termine dimanche.

Avec les informations de Mirna Djukic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !