•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les marchés publics ont la cote au Québec

Une femme pose dans un marché public. Derrière elle, des marchands, des clients et des étals remplis de fruits et de légumes.

La directrice du marché public de Sainte-Foy, Isabelle Brodeur, se réjouit que les clients soient au rendez-vous.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Le goût des Québécois pour les produits frais et locaux ne s'estompe pas. Preuve en est, le nombre de marchés publics au Québec a augmenté de 40 % en trois ans.

On dénombre 170 marchés publics au Québec en 2022, alors qu'il y en avait 123 en 2019. L'Association des marchés publics du Québec (AMPQ) note une augmentation de l'achalandage comparativement à l'été dernier.

Ce qu'on souhaite à l'association, c'est que les marchés publics perdurent dans le temps, espère Jean-Nick Trudel, directeur général de l'AMPQ.

Au Marché public de Sainte-Foy, à Québec, cet engouement fait plaisir, surtout après une année 2021 marquée par une baisse de fréquentation du marché en raison de travaux.

La directrice du marché, Isabelle Brodeur, veut maintenant fidéliser les clients.

Si la clientèle s'habitue à aller en marché public, que ce soit un samedi ou un dimanche, cette clientèle-là va adopter le fait d'aller chercher des produits frais. On va bénéficier de la clientèle qui a eu la "piqure", explique-t-elle.

Plus cher?

Personne n'est épargné par l'inflation et la hausse du prix de l'essence. Toutefois, plusieurs producteurs disent réussir à tirer leur épingle du jeu.

Nous, ça fait trois ans qu'on n'a pas augmenté nos prix, affirme Sophie Marcoux de l'entreprise Légumiers Marcoux. Les gens s'expriment très bien vis-à-vis de ça, mais on reste avec des prix abordables.

Un étalage de légumes bien garni dans un marché public.

La semaine québécoise des marchés publics se déroule du 4 au 14 août 2022.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Des récoltes abondantes ont permis à plusieurs agriculteurs et producteurs de minimiser les hausses de coûts. C'est le cas de Réal Therrien, propriétaire de Au Coin du Bleuet, une bleuetière située dans le secteur de Saint-Nicolas, à Lévis.

Nous, ce qui nous aiderait c'est de vider les champs, ce n'est pas de monter les prix, c'est d'en faire profiter à tout le monde et on ne veut pas en perdre, dit-il.

Dans certains cas, les hausses de coûts sont inévitables.

Évidemment, il y a plus de coûts au niveau des intrants, donc c'est important de le savoir, explique Jean-Nick Trudel. Mais en même temps au Québec, on est capable de produire des produits frais de qualité dans une belle diversité et c'est le moment d'en profiter.

« En marché public, vous avez un juste prix pour un juste travail.  »

— Une citation de  Jean-Nick Trudel, directeur général de l'AMPQ.

Avec les informations de Louis-Philippe Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !