•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les artistes pourraient bientôt obtenir une part du prix de revente de leurs œuvres

Deux femmes devant des peintures accrochées au mur.

Une réforme de la Loi sur le droit d'auteur pourrait permettre aux artistes d'obtenir une part en cas de revente de leurs créations.

Photo : Radio-Canada / Richard Thériault

La Presse canadienne

Les artistes pourraient bientôt recevoir une compensation financière si une de leurs œuvres est revendue, en vertu d'une réforme de la Loi sur le droit d'auteur en cours de préparation.

Celle-ci prévoit que les peintres et autres créateurs et créatrices d'arts visuels soient payés si une de leurs œuvres est revendue au cours d'un encan ou encore par une galerie d'art.

Des artistes se sont plaints de ne pas recevoir un sou lorsqu'une de leurs créations dont la valeur s'est fortement accrue est revendue par un collectionneur ou une collectionneuse.

Par exemple, l'artiste inuk Kenojuak Ashevak, aujourd'hui décédée, avait vendu en 1960 une gravure intitulée Le hibou enchanté pour 24 dollars. Cette œuvre a plus tard été revendue pour plus de 158 000 dollars.

La réforme de la Loi sur le droit d'auteur est actuellement préparée par le ministre de l'Innovation, François-Philippe Champagne, et son collègue du Patrimoine, Pablo Rodriguez. Elle prévoit que les artistes reçoivent 5 % du prix d'une revente.

L'artiste Paddy Lamb dit qu'il est très difficile pour un créateur ou une créatrice de vivre de son art. Il mentionne que la valeur d'une œuvre peut bondir si un auteur devient connu dans le milieu des collectionneurs.

Les œuvres des artistes inuit gagnent en valeur dès qu'elles quittent le Nunavut, mais ceux-ci n'en bénéficient pas du tout, cite-t-il en exemple. La réforme est un moyen qui permettait aux artistes de bien gagner leur vie.

Plus de 90 pays ont déjà des lois prévoyant une part aux artistes en cas de revente d'une de leurs œuvres. En France et au Royaume-Uni, le droit de suite est en vigueur depuis plus de 100 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !