•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Former les communautés rurales de la Colombie-Britannique à contrer le racisme

Illustration de plusieurs visages aux couleurs de peau différentes.

La formation sera offerte aux personnes qui s'inscrivent dans les communautés de Cranbrook, Dawson Creek, Fort St. John, Houston, Kitimat, Nelson, Penticton, Powell River/qathet, Prince Rupert, Revelstoke, Sechelt/ Gibsons, Shuswap, Smithers, Terrace, Vanderhoof et Vernon.

Photo : iStock / wildpixel

Une quinzaine de communautés rurales de la Colombie-Britannique sont invitées à participer à un nouveau programme visant à former des entreprises et des organisations à faire face à d’éventuels incidents racistes.

Ce projet pilote est le premier dans le genre, assure la province. Il a été développé par le Centre pour les immigrants et réfugiés de Victoria (VIRCS), un organisme de la capitale qui aide notamment les nouveaux arrivants au pays.

Au cours des deux dernières années, [plusieurs] communautés nous ont partagé le manque de ressources disponibles à ce propos loin des grands centres urbains, explique la directrice générale du VIRCS, Karen Hira.

Ce programme a donc pour but de former des gens en région qui pourront à leur tour animer des ateliers et développer des ressources dans leurs communautés pour former de nouvelles personnes à mieux désamorcer les incidents racistes.

Dans les dernières années, nous avons observé une augmentation alarmante d’incidents à caractère raciste, autant dans les petites communautés que dans les grands centres à travers la province, souligne la secrétaire parlementaire pour les initiatives antiracistes, Rachna Singh, dans un communiqué.

« Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et laisser ce genre de haine proliférer. »

— Une citation de  Rachna Singh, secrétaire parlementaire pour les initiatives antiracistes

Les entreprises, les organismes, mais aussi le personnel des écoles de municipalités comme Penticton, Kitimat, Revelstoke ou encore Terrace sont tous invités à postuler pour prendre part à cette nouvelle formation.

Selon Karen Hira, le programme mis en place par le VIRCS diffère des autres programmes de formation par son approche et pourra être adapté à chaque communauté selon la réponse des participants.

Je pense qu’on est plus habitué à des programmes plus traditionnels qui se concentrent sur l’acceptation des différences plutôt que sur la compréhension des racines historiques des stéréotypes négatifs et de la colonisation, dit-elle.

Hausse des crimes haineux au pays

Entre 2018 et 2021, le nombre de crimes haineux rapportés à la police a augmenté de 84 % au pays, rapportent les dernières données de Statistique Canada. À Vancouver, le taux de crime haineux par 100 000 habitants a atteint 15,5 % en 2021.

Les formations traditionnelles sur l’inclusion ont échoué à créer un changement durable pour venir à bout des inégalités systémiques, souligne Karen Hira.

Elle espère voir ce nouveau programme s’étendre à l’ensemble de la province à l’avenir, non seulement aux communautés rurales, puisqu’il y a, selon elle, des besoins pour ce type de formation partout en province.

À écouter :

  • L'entrevue de Dominique Makay, président du comité pour l'implantation de la décennie pour les personnes d'ascendance africaine à la ville de Victoria, à l’émission Panorama

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !