•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique BD : deux univers graphiques à découvrir

La première couverture montre un paysage montagneux mystérieux et la deuxième, un homme des années 1940 en costume foncé sur un fond de gratte-ciel.

Les couvertures des bandes dessinées « Melvile : L'histoire de Ruth Jacob » et « Gentlemind, épisode 2 »

Photo : Radio-Canada / Le Lombard/Dargaud

L'été est la période idéale pour s’évader. Les bandes dessinées Melvile, de Romain Renard, et Gentlemind, de Valero, Diaz Canales et Lapone, offrent deux mondes différents dans lesquels plonger pendant les vacances.


Melvile tome 3, L'histoire de Ruth Jacob (Le Lombard)
Scénario et dessin : Romain Renard
400 pages

Depuis 2013, Romain Renard approfondit l’univers de Melvile, qu’il a lui-même créé. Premièrement à travers l’histoire de Samuel Beauclair et ensuite de Saul Miller, en 2016. Six ans plus tard, il conclut avec L’histoire de Ruth Jacob.

Paul Rivest doit retourner à Melvile pour s’occuper de la succession de sa grand-mère. Il n’y avait pas remis les pieds depuis plusieurs années. Lorsqu’il était jeune, il y passait tous ses étés. Son séjour se prolonge alors que la paperasse prend plus de temps que prévu. Il retourne sur les traces de son amour de jeunesse, la fille du pasteur, Ruth Jacob.

Ce retour à Melvile est une bonne occasion pour le lecteur de revoir des personnages croisés dans les deux premiers tomes.

Le dessin très réaliste de Romain Renard montre une route dans un secteur boisé et montagneux.

La bande dessinée « Chroniques de Melvile », de Romain Renard

Photo : Romain Renard/Le Lombard

Romain Renard a créé un monde plus que complet autour de cette ville où le fantastique côtoie le quotidien de ses habitants. L’auteur de bande dessinée boucle la boucle avec l’ouvrage Chroniques de Melvile, une collection de récits complémentaires.

Au dos de la couverture, une carte situe les lieux évoqués au fil des pages. À la toute fin, une liste des personnages et les liens qui les unissent. Sur le web, une trame sonore composée sur mesure fait vivre une immersion totale.

Le dessin de l’artiste belge est réaliste et fantomatique, rendant chaque page vibrante de mystère.


Gentlemind, épisode 2 (Dargaud)
Scénario : Teresa Valero et Juan Diaz Canales
Dessin : Antonio Lapone
88 pages

Le deuxième et dernier épisode de Gentlemind conclut l’histoire de Navit, une jeune artiste allumée qui a hérité au tome 1 d'un magazine de charme qui s’adresse à un public masculin.

Deux pages de la bande dessinée « Gentlemind ».

Le deuxième et dernier épisode de la bande dessinée « Gentlemind », publié chez Dargaud

Photo : Dargaud

Partant du milieu des années 1940 à New York, la vie du journal évolue en parallèle de celle de sa nouvelle directrice, dont l’ambition lui jouera des tours. Navit se taillera une place dans ce monde d’homme, au rythme des hauts et de bas de sa vie amoureuse.

C’est un grand plaisir de pouvoir regarder les détails des couvertures des magazines qui prennent une page entière. Les couleurs contrastantes mettent en valeur le dessin rétro, tout à fait adapté à l’époque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !