•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lourde peine de prison demandée pour un ancien policier émeutier du Capitole

Des partisans de Donald Trump, dont certains portent des drapeaux américains ou pro-Trump, grimpent dans le Capitole à travers une fenêtre qu'ils ont brisée.

Un jury a reconnu le sergent Thomas Robertson coupable en avril de six accusations, notamment le fait d'avoir interféré avec les policiers et d'être entré dans une zone restreinte avec une arme dangereuse.

Photo : Reuters / Leah Millis

Reuters

Des procureurs fédéraux américains ont réclamé jeudi une peine de huit ans de prison pour un ancien policier de la Virginie reconnu coupable d'avoir participé à l'émeute du Capitole en janvier 2021.

L'ancien policier, le sergent Thomas Robertson, a profité de sa formation pour interférer avec les policiers qui essayaient de protéger le Capitole le 6 janvier 2021.

Une peine de huit ans de prison serait la plus lourde jamais imposée en lien avec l'émeute du Capitole. Guy Reffitt, un Texan qui a attaqué le Capitole en possession d'une arme de poing, a été condamné à sept ans et trois mois de prison.

Le juge Christopher Cooper doit annoncer la peine de M. Robertson jeudi prochain. Les procureurs ont aussi réclamé trois ans de liberté supervisée après la peine d'emprisonnement.

L'avocat de M. Robertson, Mark Rollins, a proposé une peine de 27 à 33 mois de prison pour son client, mais le juge Cooper peut faire comme bon lui semble.

Un jury a reconnu M. Robertson coupable en avril des six accusations qui pesaient contre lui. On lui reprochait notamment d'avoir interféré avec les policiers et d'être entré dans une zone restreinte avec une arme dangereuse, un imposant bâton de bois. Il n'a pas pris la parole pendant son procès.

Ses avocats ont prétendu que l'ancien membre de l'armée américaine avait besoin du bâton pour l'aider à marcher parce qu'il a été blessé à la hanche en Afghanistan en 2011, où il se trouvait comme sous-traitant du secrétariat de la Défense.

Dans des documents présentés à la justice, les procureurs soulignent que M. Robertson a embelli son expérience militaire en prétendant faussement être un membre de l'unité d'élite des Rangers et qu'il a faussement affirmé à un journaliste avoir été décoré après avoir été blessé au combat.

Les jurés ont pu prendre connaissance des écrits mis en ligne par M. Robertson, dans lesquels il affirmait notamment qu'il s'apprêtait à participer à une insurrection très efficace.

Dans une lettre adressée au juge, M. Robertson prend la pleine responsabilité de ses agissements du 6 janvier et des mauvais choix [qu'il a] faits. Il attribue la teneur de ses propos en ligne à un mélange de stress, de consommation excessive d'alcool et d'adhésion aux théories du complot.

M. Robertson est incarcéré depuis qu'il a été trouvé en possession d'armes à feu, ce qui contrevient aux conditions de sa remise en liberté après son procès.

Environ 850 personnes ont été accusées de crimes fédéraux pour leurs agissements du 6 janvier 2021. Environ 350 ont plaidé coupables, souvent à des accusations mineures, et plus de 220 ont été condamnées jusqu'à présent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !