•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers des personnes touchées par une cyberattaque au Centre de la Confédération

L'entrée d'un bâtiment. Sur la façade, il est écrit Box office. Sur un panneau électronique, il est écrit Take care of each other.

La billetterie du Centre des arts de la Confédération de Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard

Photo :  CBC / Shane Ross

Radio-Canada

Les données personnelles d’environ 3000 personnes ont été compromises lors d’une cyberattaque dont la cible était le Centre des arts de la Confédération de l’Île-du-Prince-Édouard.

Ce cas de rançonnage est survenu le 25 janvier dernier, mais les détails de l’enquête n’ont été dévoilés que cette semaine.

L’enquête a révélé que des coordonnées personnelles, telles que des courriels et des dates de naissance, ont été divulguées à un tiers dont l'identité est inconnue.

« Lorsque l’incident s’est produit, nous avons immédiatement fait appel à des conseils juridiques et à des experts pour nous aider à enquêter et à atténuer les dommages. »

— Une citation de  Jodi Zver, directrice financière du Centre de la Confédération

Selon Jodi Zver, directrice financière du Centre de la Confédération, la commissaire à la protection de la vie privée de l’île a été prévenue lorsque la cyberattaque s’est produite.

Le centre de spectacles assure que les données de la billetterie et de son système de paie n’ont pas été touchées par la cyberattaque.

Le Centre des arts de la Confédération affirme que la sécurité de ses serveurs a été renforcée afin d’éviter que ce type d’attaque ne se reproduise.

Nous avons maintenant des procédures de sauvegarde de données plus robustes, explique-t-elle.

Toutes les personnes dont les données ont été compromises ont déjà été contactées par l’institution.

Le courriel provient de cybersafety@confederationcentre.com et contient des instructions détaillées sur les mesures à prendre, explique Jodi Zver.

Par souci de prudence, le centre a offert une surveillance du crédit et une assurance de protection aux personnes dont les informations ont pu être consultées.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !