•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dalhousie tourne le dos à son passé industriel et mise sur le tourisme

La Ville, qui vivait auparavant au rythme du moulin, nettoie le front de mer et investit dans le tourisme et la culture.

Le maire de Dalhousie, Normand Pelletier, se trouve à côté d'un tuyau autrefois utilisé par la centrale thermique d'Énergie NB.

Le maire de Dalhousie, Normand Pelletier, se trouve à côté d'un tuyau autrefois utilisé par la centrale thermique d'Énergie NB.

Photo : Alexandre Silberman/CBC

Radio-Canada

À Dalhousie, au Nouveau-Brunswick, les signes d'une ère industrielle passée planent encore sur le front de mer.

La vue panoramique sur la baie des Chaleurs et la Gaspésie est partiellement obstruée par un gros tuyau en métal rouillé et des clôtures en mauvais état autour d’un immense terrain. Le tuyau, qui transportait autrefois du carburant vers une centrale thermique, sera retiré cet automne.

Alors que la vue s’apprête à changer, les autorités municipales espèrent que la perception de la communauté commencera aussi à changer. Après avoir perdu trois industries majeures et des centaines d’emplois qui y étaient associés, la Municipalité a choisi de nettoyer le front de mer et de miser sur le tourisme, l’art et la culture.

Un passé industriel

Dalhousie était autrefois un centre industriel achalandé. La ville avait notamment une usine de pâtes et papiers qui a employé des gens de toute la région pendant plus de 80 ans. Un port achalandé et d'autres entreprises de la ville l'ont soutenu, ainsi que l'industrie forestière.

Le front de mer de Dalhousie dans les années 1960.

Dans les années 1960, le front de mer de Dalhousie avait un port achalandé et un important moulin.

Photo : Musée régional du Restigouche

La ville possédait également une usine chimique et une centrale thermique.

En 2008, l’usine de pâtes et papiers et l’usine chimique ont fermé leurs portes, puis en 2012 ça a été au tour de la centrale d’Énergie NB.

Tout perdre et voir le beau

Le maire Normand Pelletier explique que la ville de Dalhousie n’avait pas envisagé de se définir par autre chose que les industries, jusqu’à tout récemment.

Nous avons été frappés fort, mais nous sommes encore en vie, dit-il.

« Nous n’avons jamais vraiment considéré le tourisme. Mais parce que nous avons tout perdu, les gens commencent à réaliser à quel point la région est belle et ce sont les projets qu’on veut. »

— Une citation de  Normand Pelletier, maire de Dalhousie

La Municipalité a de grands plans pour redorer son image.

En plus du gros tuyau qui sera retiré, les réservoirs de pétrole laissés sur le front de mer seront bientôt démolis. Dalhousie a embauché des consultants pour dessiner un ambitieux plan de développement du front de mer, une fois que ce sera fait.

Les réservoirs de pétrole de l'ancienne centrale thermique seront bientôt démolis.

Les réservoirs de pétrole de l'ancienne centrale thermique seront bientôt démolis.

Photo : Alexandre Silberman/CBC

La vision est la suivante : de nouveaux logements, un terrain de camping, une ferme de panneaux solaires et une rampe de mise à l’eau pour les bateaux.

Le maire Normand Pelletier croit qu’il est temps de passer à autre chose.

Nous voyons un meilleur potentiel pour cette propriété, déclare-t-il. Dalhousie n'est plus une ville industrielle et nous cherchons un avenir meilleur pour les générations futures.

Si Dalhousie n’est plus aussi achalandée qu’elle l’a déjà été au temps du moulin, la ville de 3223 personnes a encore une banque, deux supermarchés, deux pharmacies et quelques boutiques et restaurants.

La population de Dalhousie a même recommencé à croître après des décennies de déclin. Une centaine de nouveaux résidents se sont ajoutés au compte, lors du recensement de 2021. Il s’agissait alors de la première augmentation officielle de la population depuis les années 1960.

D’après un reportage d’Alexandre Silberman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !