•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec intensifie la vaccination contre la COVID-19 et la variole simienne

Luc Boileau en conférence de presse.

Une nouvelle vague de COVID-19 est possiblement à venir cet automne. D'ici une semaine ou deux, les autorités seront en mesure de modéliser l'ampleur de celle-ci, a mentionné le Dr Boileau, jeudi.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Québec va intensifier au cours des prochaines semaines ses efforts de vaccination contre la COVID-19 et la variole simienne.

Dans le premier cas, une campagne de doses de rappel sera lancée auprès des CHSLD et des résidences privées pour aînés dès le 15 août, a annoncé le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau.

Il précise qu'une hausse de cas est fort probable cet automne avec le retour à l'école, bien que la situation actuelle montre des signes positifs.

C'est pour cette raison que la prochaine campagne de vaccination va être importante, particulièrement pour les personnes qui sont les plus vulnérables, a-t-il soutenu jeudi en point de presse.

Des équipes se rendront directement dans les milieux de vie pour aînés pour offrir une nouvelle dose, un travail qui devrait s'échelonner jusqu'à la fin de septembre, a indiqué le Dr Boileau.

Cette annonce suit un avis du Comité d'immunisation du Québec qui recommande d'administrer une nouvelle dose chez les premiers groupes prioritaires, comme lors des campagnes de vaccination précédentes.

Ce nouveau vaccin de rappel sera donc destiné en premier lieu aux personnes de 60 ans et plus – d'abord la population de 80 ans et plus –, aux personnes de 5 ans et plus immunodéprimées ou vivant avec une maladie chronique, aux travailleurs de la santé et aux femmes enceintes.

Pour ces groupes, l'ouverture de la prise de rendez-vous se fera graduellement, indique le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui dispose actuellement de près de 2 millions de doses de vaccin contre la COVID-19.

L'intervalle recommandé entre chaque dose de rappel est de cinq mois.

Le premier ministre François Legault recevra d'ailleurs sa deuxième dose de rappel vendredi après-midi, à Montréal, accompagné de sa conjointe, a indiqué son cabinet.

Variole simienne

Le Dr Boileau a aussi annoncé que la vaccination contre la variole simienne sera élargie à compter de maintenant, alors que quelques cas de la maladie ont été confirmés à l'extérieur de Montréal.

Tous les hommes du Québec peuvent maintenant avoir accès à ce vaccin s'ils ont ou s'ils prévoient avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes, a mentionné le directeur national de santé publique.

Au départ, le vaccin était surtout réservé aux hommes qui comptaient avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes à Montréal ou provenant de la métropole québécoise.

Le nombre de personnes infectées par la variole simienne augmente lentement au Québec, avec peu de cas. Mais sans effort supplémentaire, la progression de la maladie pourrait être plus importante et s'étendre plus largement à travers la province, selon la santé publique.

On a des indications que si on n'agit pas, nous pourrions être confrontés à cela. [...] Nous avons des cas qui se révèlent en région qui ne sont pas issus d'une relation avec un homme montréalais ou de contacts montréalais, a déclaré le Dr Boileau.

Baisse de la transmission

Il s'est par ailleurs montré encourageant sur la situation de la COVID-19 au Québec. La septième vague semble s'essouffler comme ailleurs dans le monde.

Les indicateurs montrent une amélioration sur plusieurs plans. Pour la première fois depuis sept semaines, une baisse de la transmission a été observée dans tous les groupes d'âge, a relevé le Dr Boileau.

Ça ne veut pas dire que la vague est terminée. Ça ne veut pas dire aussi que le virus ne circule plus. On a toujours des cas, mais on en a moins que nous avions, a-t-il affirmé.

Certaines régions comme la Mauricie, le Centre-du-Québec, l'Estrie et la Côte-Nord voient leurs indicateurs à la hausse, mais les chiffres ne sont pas alarmants, a précisé le Dr Boileau.

Une nouvelle vague est possiblement à venir cet automne. D'ici une semaine ou deux, les autorités seront en mesure de modéliser l'ampleur de celle-ci, a mentionné le directeur national de santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !