•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vélirium : le retour des casse-cous au Mont-Sainte-Anne

La Québécoise Maghalie Rochette lors des premiers championnats du monde UCI de vélo de montagne électrique présentés mercredi au Mont-Sainte-Anne.

La dernière présentation du Vélirium remontait à 2019, lorsque le Mont-Sainte-Anne avait accueilli les Championnats du monde de vélo de montagne et de vélo de montagne électrique.

Photo : Louis Charland

Les cyclistes les plus casse-cous de la planète ont eu le temps de s’ennuyer du Mont-Sainte-Anne. Après trois ans de pause forcée, le Vélirium est de retour de vendredi à dimanche.

Incontournable du circuit de la Coupe du monde de vélo de montagne depuis 1991, l’événement n’a visiblement rien perdu de son lustre aux yeux des participants.

Meneur au classement de la Coupe du monde de descente, le Français Amaury Pierron ne cache pas sa joie de retrouver les rochers immenses du Mont-Sainte-Anne.

Ça fait plaisir d’être ici. Il y a toujours une bonne atmosphère. Tout le monde a le sourire et la piste est quand même sacrément réputée, lance celui qui avait grimpé sur la 3e marche du podium des Championnats du monde tenus au même endroit, en 2019.

Simple spectateur à l’époque, le Québécois Gabriel Néron, champion canadien de descente, vivra pour sa part son premier Vélirium comme participant. C’est excitant et un peu épeurant quand même. C’est une piste assez longue et difficile. Ça va être physique.

Des parcours modifiés

Si le réputé parcours de descente suit la même ligne sur la montagne que par le passé, des nouveautés ont tout de même été ajoutées pour surprendre les athlètes, précise Serge Veuthey, dont l’entreprise, Vélosolutions, élabore les pistes.

La Coupe du monde de vélo de montagne se déroule jusqu'au 6 août.

Le parcours de l'épreuve de cross-country a été remanié, cette année.

Photo : Radio-Canada

Quant au cross-country, la portion la plus difficile du parcours des derniers Vélirium, une montée surnommée La Béatrice, a été abandonnée, cette année, laissant place à plusieurs sections techniques plus courtes. Les athlètes semblaient y trouver leur compte, jeudi.

J’adore le nouveau parcours. C’est plus compact. Ça amène plus de sections naturelles et beaucoup de stop-and-go, s’est réjoui le Québécois Léandre Bouchard.

Roxanne Vermette dans les pistes de son enfance

Native de Saint-Ferréol-les-Neiges, Roxanne Vermette avait eu la chance de participer aux Mondiaux, il y a trois ans, au Mont-Sainte-Anne, chez les juniors. Elle attendait toutefois impatiemment cette deuxième occasion de concourir dans les sentiers de son enfance.

Ça fait deux ans que j’y pense. C’est vraiment unique d’avoir ma famille et mes amis qui vont être sur le bord du parcours pour m’encourager. En plus, dans des sentiers que je connais, je devrais voler durant la course, prédit celle qui prendra le départ de l’épreuve de cross-country des moins de 23 ans, dimanche matin.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !