•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de personnel en santé : « La vie des gens est en jeu », signale le NPD

Le chef néo-démocrate qualifie la situation de « crise nationale » et prône une intervention urgente d'Ottawa.

Jagmeet Singh en conférence de presse.

Le chef du NPD Jagmeet Singh s'est attaqué au « leadership » du premier ministre Justin Trudeau en demandant des solutions pour résorber la crise du système de santé.

Photo : Radio-Canada

C'est un cri d'alarme que lance Jagmeet Singh pour accentuer la pression sur le gouvernement Trudeau dans l’épineux dossier de la santé et du manque de personnel dans le réseau.

Le chef néo-démocrate a interpellé une fois de plus le premier ministre sur « l'une des conséquences directes » de son manque de leadership : la vie des gens qui ne sont pas capables d’avoir accès aux soins dont ils ont besoin, a résumé M. Singh en durcissant le ton.

« [Le gouvernement] est-il prêt à payer ce prix? C'est ce qui est en jeu, et c'est un coût important. »

— Une citation de  Jagmeet Singh, chef du NPD

Cette sortie de M. Singh survient dans la foulée d'une série de diminutions de service, de fermetures et de réductions de lits disponibles, notamment en Ontario, au Nouveau-Brunswick et au Québec où la situation dans les urgences est préoccupante.

Affiche de fermeture d'une salle d'urgence d'un hôpital de Terre-Neuve-et-Labrador.

Les services d'urgence dans les hôpitaux de Terre-Neuve-et-Labrador subissent régulièrement des interruptions de service.

Photo : Jeremy Eaton/CBC

Le NPD ne cesse de multiplier les déclarations à la presse ces derniers mois pour fustiger l’inaction du gouvernement face à la crise généralisée qui secoue le réseau de santé partout au Canada.

La dernière piqûre de rappel de l’opposition néo-démocrate remonte au 11 juillet dernier, quand M. Singh a dénoncé un gouvernement passif et [qui] refuse d’agir bien que Justin Trudeau, en campagne électorale, avait promis aux Canadiens d’améliorer et d’étendre le système de soins de santé, relevait alors l'opposition.

Le premier ministre doit se présenter pour négocier avec les provinces et les territoires, avait déclaré M. Singh. Il ne peut pas prétendre que cette discussion peut attendre alors que les gens passent des heures à attendre des soins dans les salles d’urgence et que les travailleuses et travailleurs de première ligne sont épuisés.

Le chef du NPD a répété le même message, jeudi, aux côtés de Cathryn Hoy, la présidente de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario, qui a pu attester de vive voix de l’état exsangue de réseau de santé à titre de représentante d’une grande partie du personnel soignant.

« Je suis canadienne et je crois aux soins de santé publics. Votre salaire ne doit pas déterminer si vous avez le droit de recevoir des soins ou, pour être franche, si vous avez le droit de vivre ou de mourir. »

— Une citation de  Cathryn Hoy, présidente de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario

Au cœur de leurs revendications : l’augmentation des transferts en santé aux provinces et une nécessaire refonte des processus d’immigration pour accélérer l’embauche de personnel qualifié, mais inapte à travailler au Canada, ont dénoncé Jagmeet Singh et Cathryn Hoy.

Cathryn Hoy en conférence de presse.

Cathryn Hoy est présidente de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Il y a beaucoup de travailleurs de la santé formés à l'étranger qui ont besoin d’équivalences, qui veulent travailler au Canada mais font face à des obstacles, que ce soit à cause de l'immigration, de la qualification ou de la reconnaissance de leur formation internationale, a expliqué M. Singh. Nous devons reconnaître cela [et avoir] une approche fédérale pour accélérer les demandes.

Dans une lettre adressée au premier ministre, le chef néo-démocrate exhorte le gouvernement libéral à aider les provinces et les territoires à reconnaître les titres de compétence des médecins, du personnel infirmier et des spécialistes formés à l’étranger.

En Ontario, 15 000 infirmières formées à l’étranger attendent que leur dossier soit traité, a indiqué M. Singh. Le traitement de leur dossier ferait immédiatement une différence dans les hôpitaux de la province, estime-t-il.

Plus de ressources dans les foyers de soins

Le NPD rappelle aussi que de meilleures ressources attribuées aux foyers de soins de longue durée permettraient de désengorger les hôpitaux en y transférant les patients qui peuvent s’en prévaloir.

Il faut pousser le fédéral à respecter ses promesses, a ajouté M. Singh, embaucher davantage de travailleurs pour ces foyers et augmenter leur salaire à 25 $ de l’heure, au moins.

À la mi-juillet, les premiers ministres des dix provinces et des trois territoires du Canada, réunis en Colombie-Britannique, ont réclamé une rencontre avec Justin Trudeau pour discuter des transferts en santé. Il souhaitent que le gouvernement fédéral augmente sa part de financement des soins de santé, en la faisant passer de 22 % à 35 %, ce qui constituerait une hausse de 28 milliards de dollars par an.

Le gouvernement fédéral a un rôle à jouer, le premier ministre Trudeau doit se montrer, il n'a pas été présent quand les premiers ministres ont demandé cette réunion, a aussi dénoncé M. Singh, dans l'espoir d'obtenir une réaction du chef du gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...