•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une série de vols dans des hôpitaux de Québec

Entrée extérieure du palais de justice de Québec.

Les voleurs sont soupçonnés d'avoir sévi dans plusieurs établissements hospitaliers.

Photo : Radio-Canada

Après avoir arrêté un couple pour un vol d'ordinateurs contenant des données informatiques au Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL), les policiers ont relié les suspects à d'autres crimes similaires.

Marie-Ève Béliveau a subi jeudi son enquête sur remise en liberté, au palais de justice de Québec.

Elle est accusée, avec Anthony Roy, d'avoir volé des ordinateurs dans la nuit du 5 au 6 juin, qui contenaient les dossiers d'employés.

Béliveau est aussi accusée d'avoir commis des vols à l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, entre les mois d'avril et de juin.

L'enseigne de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Les voleurs s'étaient introduits dans plusieurs bureaux d'employés pour commettre des vols.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Elle s'y serait présentée, avec Roy, à quatre reprises pour s'introduire dans des bureaux d'employés, dont ceux de médecins.

Le couple aurait ainsi dérobé des iPhone et des iPad, des portefeuilles et différents documents.

Il aurait aussi commis des vols au Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, dans le quartier Saint-Sauveur.

Nombreux antécédents

Marie-Ève Béliveau tente de convaincre le tribunal de la remettre en liberté, malgré ses nombreuses récidives.

Les antécédents judiciaires de la femme de 40 ans s'étendent sur 34 pages, a noté le juge, qui a recensé 99 condamnations.

Originaire de la Côte-Nord, Béliveau propose d'aller en thérapie en attendant la tenue de son procès.

Le juge n'a pas encore rendu sa décision.

L'autre accusé, Anthony Roy, est toujours détenu et attend à son tour la tenue de son enquête sur remise en liberté.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.