•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garder sa culture acadienne tout en adoptant la culture mi’kmaw

Dominique Gould pose pour la photo

D'origine acadienne, Dominique Gould est membre de la communauté de la Première Nation Abegweit et infirmière auxiliaire au Centre de santé de la réserve de Scotchford.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Originaire de la région Évangéline à l’Île-du-Prince-Édouard, Dominique Gould s'intègre à la Première Nation Abegweit.

Elle a déménagé dans cette réserve à Scotchford, en 2017.

Dominique Gould est infirmière au Centre de santé de la Première Nation Abegweit depuis trois ans. Pour faciliter son processus d’intégration dans la communauté, elle a dû acquérir des connaissances sur l’histoire des Autochtones et leurs traditions.

« J’avais une collègue qui m’a appris plusieurs choses sur la culture, la médecine traditionnelle, les choses du passé, comme les pensionnats autochtones, et je ne savais pas beaucoup sur ça. »

— Une citation de  Dominique Gould, membre de la communauté de la Première Nation Abegweit

Dominique Gould a travaillé dans les soins à domicile et les soins des pieds pour les personnes diabétiques.

Maintenant, elle consacre son temps à suivre les femmes autochtones enceintes.

Quand on travaille ici, tu travailles dans un domaine, mais tu aides à sauver la communauté, ajoute-t-elle.

Trois infirmières travaillent dans un bureau du centre de santé.

Le Centre de soins de santé de la Première Nation Abegweit offre une gamme de services qui rassemblent des méthodes de guérison autochtones et de la médecine établie par le réseau provincial de santé.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Le mariage et l'identité autochtone

Dominique Gould a épousé l'an dernier Stephen Gould, qui est membre de la Première Nation Abegweit.

Mais, le français fait toujours partie de sa vie de famille. Elle parle en français à son enfant de 4 ans.

Moi et mon mari, quand on s’est marié, et on avait sa famille, qui est Mi'kmaq et ma famille, qui est acadienne, et on a eu une grosse fête ensemble. […] Pour moi, c’était très important de me faire accepter dans la communauté, rappelle l’infirmière.

Dominique Gould est membre de la communauté de Abegweit, mais elle ne peut pas avoir le statut de membre de la bande en raison de plusieurs critères énoncés dans la Loi sur les Indiens, auxquelles elle ne répond pas. Entre autres, elle n'est pas née de parents autochtones.

Dominique Gould et son mari tiennent le drapeau.

Dominique Gould et son mari, Stephen Gould, lors de leur journée de mariage, en 2021. Le couple a reçu, comme cadeau, un drapeau qui symbolise la collaboration entre Acadiens et Autochtones. Ce drapeau a été élaboré par le conseil municipal du village de Nigadoo, au Nouveau-Brunswick, en partenariat avec les Premières Nations de Pabineau.

Photo : Gracieuseté Dominique Gould

Acadiens et Mi'kmaq, pas si différents

Pour le chef de la Première Nation Abegweit, Junior Gould, Acadiens et Mi'kmaq ont plusieurs points communs.

« C’est la même chose pour les Mi'kmaq, nous cherchons notre identité et notre place dans la société. Des familles dévouées qui se sont battues pour cela, et l’ont préservé, et [ces familles] se sont battues pour leur langue, leur identité et leur culture. Nous partageons cette similitude.  »

— Une citation de  Junior Gould, chef de la Première Nation Abegweit

Il a aussi rappelé que l’histoire de ces deux peuples a été marquée par des liens d’amitié.

C’était une bonne relation, je pense que c’était une relation mutuellement bénéfique où les Mi'kmaq avaient aidé les familles acadiennes à l’époque, explique-t-il.

Les Acadiens et les Mi'kmaq ont établi des relations de commerce et de parenté ainsi qu’une alliance politique contre l’armée britannique durant les 17e et 18e siècles.

Le chef de la Première Nation Abegweit, Junior Gould.

Selon le chef de la Première Nation Abegweit, Junior Gould, les Acadiens et les Mi'kmaq maintiennent des bonnes relations depuis des années (archives).

Photo :  CBC / John Robertson

Selon Junior Gould, les relations entre sa communauté et les Acadiens demeurent saines et les liens qui unissent les deux cultures sont plus forts à l’île qu’ailleurs. Il cite en exemple le conflit entre des pêcheurs acadiens et autochtones en Nouvelle-Écosse il y a deux ans.

À l’île, il reconnaît que les relations entre Mi'kmaq et Acadiens pourraient être améliorées par une meilleure communication.

Ici, à l’île, on peut faire mieux que ça, ajoute le chef de la Première Nation Abegweit.

Pour Dominique Gould, les Acadiens et les Mi’kmaq se ressemblent pour ce qui est de leur rapport à la famille.

La culture acadienne et mi’kmaw, c’est quelque chose de tellement gros, comme une famille. On fait tout en famille. La famille est très importante pour nous, ajoute-t-elle.

La famille de Dominique Gould lors d'un événement.

La famille de Dominique Gould rassemble des membres de la communauté acadienne et de la Première Nation Abegweit.

Photo : Gracieuseté Dominique Gould

Les défis dans les soins de santé

Tout comme partout dans le système de santé de l’île, l’équipe de Dominique Gould au Centre de soins de santé Abegweit est confrontée à des défis.

Le centre offre des services aux communautés autochtones de Scotchford, de Morel et de Rocky Point.

« Dans le cadre de nos services, le centre de la Première nation Abegweit, c’est où tous les soins sont rassemblés. Le problème avec ça, c’est le transport, c’est de transporter les gens entre nos communautés. »

— Une citation de  Gerard Gould, directeur du Centre de soins de santé Abegweit

Pour Gerard Gould, directeur du centre depuis 18 ans, le déplacement des infirmières entre ces communautés représente un défi.

La question géographique est un problème, dans notre cas. C’est pour cela que nous espérons que les infirmières pourront bientôt se déplacer plus facilement pour assister nos communautés sœurs, explique-t-il.

Gerald Gould pose pour la photo devant la façade du centre de soins Abegweit.

Gerard Gould est directeur du Centre soins santé de la Premiere Nation Abegweit, à Scotchfort.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Depuis les années 2000, le centre offre des soins à domicile ainsi que des programmes de vaccination et de bien-être aux femmes enceintes, aux jeunes et aux aînés.

Une vingtaine d’employés y travaille, y compris cinq infirmières et un médecin

Selon Gerard Gould, le recrutement représente toujours un défi.

La construction d’un nouveau centre se trouve dans les plans de la Première Nation Abegweit pour mieux desservir les communautés.

La mise en place d’un système de navettes pour faire circuler les infirmières fait partie d’un des plus grands besoins de ces Autochtones de l’île, selon le directeur du Centre de soins de santé Abegweit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !