•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois meurtres en 24 heures : le suspect a été abattu par le SPVM

L'opération s'est déroulée tôt jeudi matin au motel Pierre, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

Des policiers discutent sur la scène où le suspect a été abattu.

Geneviève Garon s'entretient avec Stéphane Wall, policier à la retraite et analyste spécialisé en usage judicieux de la force.

Photo : Radio-Canada / Kolya H. Guilbault

Radio-Canada

L'homme qui serait impliqué dans les trois meurtres commis depuis mardi à Montréal et à Laval a été abattu par les autorités. Il était connu des policiers en raison de ses problèmes de santé mentale, selon la Sûreté du Québec (SQ).

Le suspect, Abdulla Shaikh, a été abattu lors d'une perquisition menée par le groupe tactique d'intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) jeudi matin, vers 7 h. L'opération s'est déroulée au motel Pierre, situé sur le boulevard Marcel-Laurin, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

Les policiers souhaitaient arrêter le présumé meurtrier vivant, mais, selon nos informations, Abdulla Shaikh serait sorti de sa chambre d'hôtel muni d'une arme semi-automatique légère – possiblement de modèle TEC-9 – et aurait ouvert le feu à la vue du groupe d'intervention, qui n'aurait pas eu d'autres choix que de répliquer.

Son décès a été constaté sur les lieux, précise le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) dans son récit des événements.

Les autorités avaient localisé l'homme plusieurs heures avant d'intervenir. Son véhicule, un Dodge Challenger blanc, avait été identifié par les policiers dans le stationnement du motel.

Un panneau indiquant la direction d'un motel.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'opération policière s'est déroulée tôt jeudi matin. Elle a débouché sur la mort du suspect.

Photo : Radio-Canada / Kolya H. Guilbault

Le suspect, qui était âgé de 26 ans, ne serait pas lié au crime organisé et aurait agi seul au cours des 36 dernières heures, selon la SQ.

Abdulla Shaikh était connu des policiers en raison de ses problèmes psychiatriques. En 2018, il avait été déclaré non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux dans une affaire de méfait à Montréal. Il était également en attente d'un procès à Laval pour agression sexuelle et voies de fait.

Interrogée sur les antécédents du suspect, la porte-parole de la SQ Audrey-Anne Bilodeau a toutefois précisé qu'il était encore trop tôt pour conclure que les troubles mentaux d'Abdulla Shaikh pourraient avoir joué un rôle dans les événements qui ont mené à la mort de trois malheureuses victimes plus tôt cette semaine.

Meurtres en série

Mercredi soir, Alex Crevier, un jeune homme âgé de 20 ans seulement, a été tué alors qu'il se promenait en planche à roulettes sur le boulevard Clermont, dans le secteur de Laval-des-Rapides. Les agents du Service de police de Laval (SPL) ont constaté son décès en arrivant sur les lieux.

La nuit précédente, deux hommes, âgés respectivement de 64 et 48 ans, avaient également été tués à environ une heure d'intervalle à Saint-Laurent et dans l’arrondissement voisin d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. L'une des deux victimes, André Fernand Lemieux, était le père du boxeur québécois David Lemieux.

Le même modus operandi, soit une balle tirée à la tête, a été observé chez les trois victimes, qui auraient toutes été choisies au hasard.

L'enquête sur les trois meurtres a été confiée à la SQ, tandis que le BEI s'occupera de l'intervention policière de jeudi matin, qui s'est soldée par la mort du suspect.

Le SPVM collaborera à cette enquête, a indiqué sa directrice, Sophie Roy, lors d'un point de presse tenu jeudi avant-midi. Elle a toutefois refusé de donner plus d'informations pour ne pas nuire à l'enquête.

Depuis mardi, l’ensemble des unités d’enquête de la gendarmerie et des renseignements du SPVM ont travaillé jour et nuit sur une enquête d’envergure pour élucider ces meurtres, a-t-elle déclaré. C'est ce qui nous a permis d'avoir un dénouement rapide de la situation.

L'enquête n'est pas terminée pour autant : les motivations du tueur et la façon dont il s'est procuré une arme semi-automatique demeurent pour l'instant sans réponse.

En mêlée de presse, jeudi, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a fait savoir qu'elle rencontrerait les chefs du SPVM, de la SQ et du SPL vendredi pour faire le point sur l'avancement des stratégies mises en place avec eux au début de l'été.

Depuis l'an dernier, on est à près de 200 millions d'investissements en répression policière et en prévention aussi, alors s'il faut faire autre chose, on va le faire, parce que la sécurité de nos citoyens et le sentiment de sécurité de nos citoyens, c'est une priorité pour notre gouvernement, a-t-elle assuré.

La ministre s'est aussi réjouie de l'octroi par Ottawa de 42 millions de dollars pour lutter contre la violence armée au Québec. On voulait une entente asymétrique [pour] permettre au Québec de gérer lui-même l'enveloppe [et le ministre] Mendicino a accepté [...] alors pour nous, c'est une très bonne nouvelle, a-t-elle commenté.

La violence armée est un problème croissant dans la région métropolitaine. Des résidents de Laval-des-Rapides se sont d'ailleurs mobilisés en juin pour dénoncer le phénomène et réclamer plus de mesures de sécurité.

En entrevue à Tout un matin, l'ex-mairesse de l'arrondissement montréalais de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension Anie Samson, qui est aujourd'hui porte-parole de la Communauté de citoyens en action contre les criminels violents, s'est également montrée fort inquiète de la situation.

Avec les informations de Pascal Robidas et de Marc Verreault

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.