•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival Les Percéides : 70 films en provenance de 20 pays seront projetés

L'ancienne grange Charles-Robin, maintenant devenue une salle de cinéma.

L'organisation du festival Les Percéides a repris la grange patrimoniale Charles-Robin en 2019 « dans un souci de préservation patrimoniale », peut-on lire sur son site web.

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Alice Proulx

La programmation du 14e Festival international de cinéma et d'art Les Percéides a été dévoilée mercredi. Du 16 au 21 août, 70 œuvres cinématographiques en provenance de 20 pays seront projetées dans la nouvelle salle de cinéma aménagée dans la grange patrimoniale Charles-Robin, au cœur de Percé.

François Cormier et son équipe travaillent depuis plusieurs mois à dénicher la crème de la crème des films qui seront présentés lors des six jours de l'événement.

« On a hâte, on est très fébriles. »

— Une citation de  François Cormier, directeur général et artistique du festival Les Percéides

C’est déchirant, parce qu'on reçoit beaucoup de films. C'est un travail de longue haleine. Il n’y a pas de thématique en soi. Le seul critère qu’on a, c’est qu’il faut qu’il soit présenté pour la première fois en Gaspésie. On essaie d’équilibrer [la programmation] en laissant de la place à de jeunes réalisateurs qui en sont à leur premier film pour leur donner un tremplin pour l’avenir, explique le directeur général et artistique du festival.

François Cormier.

François Cormier rappelle que son équipe et lui passent par de nombreuses étapes avant de sélectionner un film qui sera présenté au festival (archives).

Photo : Sébastien Boire

L’année dernière, près de 350 œuvres ont été soumises lors de l'appel à films. Cette année, les organisateurs ont eu à faire leur sélection parmi approximativement 680 films.

La majorité des productions choisies sera présentée pour la première fois en Gaspésie. Certains films seront également projetés en première canadienne, nord-américaine et même mondiale.

Une nouvelle salle de cinéma

Cette année, l'événement prendra forme dans une toute nouvelle salle de cinéma. Il s'agit de la grange patrimoniale Charles-Robin, qui a également abrité l’ancien Centre d’art de Percé.

« Ça a été un foyer culturel très important pour le rayonnement de la culture dans la région. »

— Une citation de  François Cormier, directeur général et artistique du festival Les Percéides
Le Centre d'art de Percé.

Le Centre d'art de Percé se trouvait auparavant dans ce bâtiment, nouvellement aménagé pour le festival (archives).

Photo : Radio-Canada

Ça va être la première fois que le festival se tient dans ses propres locaux avec un espace pour accueillir les invités, un comptoir de billetterie, un bar-café et une salle de cinéma équipée à la fine pointe de la technologie. Tout ça fait en sorte que c’est très spécial, l’édition de cette année, c’est presque une édition unique depuis la création du festival, ajoute-t-il.

M. Cormier s'attend à ce que ce nouveau lieu attire plus de cinéphiles qu'au cours des années antérieures, puisqu'il permet un plus grand rayonnement.

Une programmation diversifiée

Des films très différents les uns des autres seront présentés lors du festival. Celui qui ouvrira le bal cette année est le documentaire social et politique Flee du réalisateur danois Jonas Poher Rasmussen.

C’est un film qui va émouvoir les festivaliers. On tenait à le faire connaître à travers l’ouverture du festival, parce que ça correspond à notre mandat de mettre en lumière les cinéastes qui en sont parfois à leur deuxième ou troisième film et qui rayonnent déjà à travers la planète, indique François Cormier.

Le documentaire « Flee ».

Le documentaire « Flee » raconte l’histoire d’Amin, un Afghan qui a dû fuir son pays à la fin des années 1980, alors qu’il n’était qu’un enfant.

Photo : Gracieuseté : FinalCutforReal

D'autres films internationaux, d'origine française, seront également à l'affiche, comme Illusions perdues du cinéaste Xavier Giannoli ou La panthère des neiges de Marie Amiguet et Vincent Munier.

Le film « La panthère des neiges ».

Au cœur des hauts plateaux tibétains, le photographe Vincent Munier entraîne l’écrivain Sylvain Tesson dans sa quête de la panthère des neiges.

Photo : Gracieuseté : Haut et Court

Les films, documentaires et courts métrages québécois seront, par le fait même, à l'honneur.

Un été comme ça du cinéaste Denis Côté, qui a été présenté en première mondiale au Festival international du film de Berlin en février dernier, sera d'ailleurs projeté dans la salle de cinéma de Percé.

Le film « Un été comme ça ».

Dans « Un été comme ça », trois jeunes femmes invitées en maison de repos pour explorer leurs malaises sexuels occupent les jours et les nuits à appréhender leurs démons intimes.

Photo : Gracieuseté : Shellac

« Les gens doivent se plonger dans la découverte et ne pas avoir peur, même s’ils ne connaissent pas nécessairement les œuvres. Ils doivent y aller avec leur intuition et leur désir de découvrir. »

— Une citation de  François Cormier, directeur général et artistique du festival Les Percéides

Le documentaire Gabor de la réalisatrice Joanie Lafrenière, Le cul pointu : une histoire de shed du cinéaste canadien James Gray et Je me soulève du cinéaste bas-laurentien Hugo Latulippe pourront aussi être visionnés.

Le documentaire « Je me soulève ».

Dans « Je me soulève », 20 jeunes acteurs sont réunis en laboratoire par les metteuses en scène Véronique et Gabrielle Côté afin de créer une œuvre collective pour l’un des grands théâtres nationaux.

Photo : Gracieuseté : SPIRA

Le festival Les Percéides se clôtura par la traditionnelle soirée de remise de prix le 21 août en présence de la réalisatrice, actrice, invitée d’honneur et présidente du jury Micheline Lanctôt.

Le Grand Prix du jury Les Percéides, le Prix pour l’aide au cinéma indépendant canadien ainsi que le Prix du meilleur court métrage international et celui du meilleur film Gaspésie–Les Îles seront notamment remis.

La billetterie de l'événement sera ouverte à partir du mardi 9 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !