•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se trouver un logement à Calgary, le défi de plusieurs étudiants universitaires

Un immeuble des résidences de l'Université de Calgary.

Les résidences de l'Université de Calgary sont déjà pleines avant même le début du trimestre d'automne 2022.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

En prévision de la prochaine rentrée scolaire, plusieurs étudiants universitaires ont cherché un logement abordable pendant des mois à Calgary. Si certains ont pu en trouver un en se heurtant à plusieurs embûches, d’autres sont toujours en quête d'un toit.

C’est le cas de Paige Girka, une étudiante de deuxième année à l’Université de Calgary. La jeune femme de 19 ans a commencé ses recherches en mai. Elle s’était fixé un budget de 1000 $ par mois pour un appartement sans colocataire.

Elle a finalement choisi de rester chez ses parents.

Trouver un appartement abordable, sécuritaire et qui comprend un stationnement et l'ameublement nécessaire était très difficile, précise l’étudiante.

Paige Girka assise avec deux boîtes de macarons dans les mains.

Pour gagner un peu d'argent, Paige Girka a lancé sa propre entreprise de fabrication et de vente de macarons.

Photo : Radio-Canada / William Hamelin

Ses parents disent comprendre sa situation. Son père, Jeff Girka, explique qu’il aimerait bien que sa fille ait un jour son propre appartement, mais il reconnaît que trouver un endroit peu coûteux et proche du campus universitaire n’est pas évident.

Une des raisons pour lesquelles elle veut rester à la maison, c'est qu'en allant en appartement, elle n'aurait plus assez d’argent pour faire des activités dans ses temps libres, raconte son père.

Paige reprendra ses recherches pour trouver un logement au mois de mai prochain. Elle pense que c’est quelque chose que tout étudiant devrait tenter pour devenir plus autonome.

Trouver un appartement, mais pas sans difficultés

Contrairement à Paige Girka, Suha Babar a finalement réussi à trouver un logement, mais son loyer dépasse le budget qu'elle s'était fixé.

L'étudiante étrangère de deuxième année à l’Université Mount Royal a décidé de quitter la résidence de son université à cause de l’expérience désagréable qu’elle a eue là-bas l'an dernier.

Au début, elle espérait trouver un appartement meublé pour 800 à 900 $ par mois. Parmi les 60 résidences qui l'intéressaient, elle a fini par se rabattre sur un condo à 1265 $, un prix qui comprend l’eau et le chauffage, mais pas l’électricité.

Ses parents ont accepté de payer la moitié du prix du logement pour l’aider. L'étudiante d'origine saoudienne se dit chanceuse de pouvoir compter sur le soutien de ses parents.

« Si j'étais une étudiante qui faisait ça toute seule, comme [la plupart] des étudiants le font à Calgary, je serais vraiment stressée. »

— Une citation de  Suha Babar, étudiante à l’Université Mount Royal

Pour sa part, Thomas Carriere, un étudiant de première année à l’Institut des technologies du sud de l’Alberta (SAIT), a réussi à trouver un logement qu'il partagera avec trois amis au prochain trimestre.

Les quatre étudiants venant de la Colombie-Britannique ont commencé leurs recherches au début du mois de juin et ont trouvé un logement la semaine dernière. Ils n’étaient pas les seuls à chercher un appartement de plusieurs chambres à prix abordable.

Des propriétaires ont refusé de nous prendre juste parce que nous étions des étudiants, explique Thomas Carriere. Certains cherchaient plus à laisser leur logement à des couples [d'employés de bureau] ou à des familles. Après une trentaine de visites, le quatuor a finalement trouvé la perle rare.

« La seule raison pour laquelle nous avons eu l’appartement, c’est parce qu’on a eu de la chance. »

— Une citation de  Thomas Carriere, étudiant au SAIT

Des résidences pleines et des inquiétudes à Edmonton

Beaucoup d’étudiants craignent de ne pas avoir un endroit où se loger en septembre, selon la présidente de l’association étudiante de l’Université de Calgary, Nicole Schmidt.

Même si l’Université de Calgary a confirmé que ses résidences pourront accueillir jusqu’à 3047 étudiants et 123 familles au cours de l'année scolaire 2022-2023, ces habitations sont déjà pleines.

Cela risque de poser un problème pour les étudiants étrangers et ceux des autres provinces canadiennes, affirme la présidente de l'association étudiante. Nous voulons nous assurer que chaque étudiant a accès à un logement abordable, propre et sécurisé.

La présidente de l'association étudiante de l'Université de Calgary, Nicole Schmidt.

Nicole Schmidt invite toute personne vivant à Calgary qui souhaite héberger un étudiant à se rendre sur le site places4students.com et à y publier une annonce.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Si la situation n’est pas aussi marquée à Edmonton, Abner Monteiro, président de l’association étudiante de l’Université de l’Alberta, se dit tout de même inquiet pour les étudiants qui reviendront en septembre ou dans les mois suivants.

Même si le prix des logements reste fixe durant les prochains mois à Edmonton, l’inflation fera en sorte que certains auront de la difficulté à se payer les biens nécessaires de tous les jours, explique-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !