•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Empêtré dans ses mensonges, le complotiste Alex Jones change de discours à son procès

Il reconnaît que l'attaque de Sandy Hook était « 100 % réelle ».

Alex Jones au tribunal.

Le complotiste américain d'extrême droite Alex Jones est poursuivi devant des tribunaux du Texas et du Connecticut.

Photo : Reuters / Briana Sanchez

Radio-Canada

Complotiste américain d'extrême droite, Alex Jones a reconnu qu'il avait été irresponsable de sa part de déclarer que le massacre de l'école primaire Sandy Hook était un canular.

S'exprimant au lendemain du témoignage des parents d'un garçon assassiné lors de la tuerie de 2012, l'animateur d'InfoWars a assuré devant juge et jury que l'attaque avait bel et bien eu lieu, contrairement à ce qu’il avait précédemment affirmé.

Alex Jones est poursuivi depuis plusieurs années par des parents de victimes de la tuerie de l'école de Sandy Hook, à Newton, dans le Connecticut, pour avoir affirmé que le massacre n'était qu'une mise en scène pilotée par des opposants aux armes à feu.

La tuerie a fait 26 morts, soit six adultes et 20 enfants.

Pour les parents de Jesse Lewis, une des jeunes victimes, les excuses du complotiste ne suffisent pas. Ils réclament au moins 150 millions de dollars de compensation pour diffamation et détresse émotionnelle infligée intentionnellement devant un tribunal du Texas où le procès se déroule présentement.

Neil Heslin et Scarlett Lewis ont témoigné des souffrances, des menaces de mort et du harcèlement qu'ils ont endurés depuis la diffusion des propos du complotiste sur ses plateformes médiatiques.

Leur récit a changé le discours de l’accusé, qui a endossé la responsabilité de ses mensonges au sujet du massacre. Surtout depuis que j'ai rencontré les parents. C'est vrai à 100 %, a concédé l'accusé, figure connue de l'extrême droite et adepte de plusieurs théories du complot.

Alex Jones a assuré qu'il souhaitait depuis longtemps s'excuser auprès des plaignants.

Mensonges sous serment

Quand son avocat lui a demandé s'il comprenait désormais qu'il était absolument irresponsable de faire croire que le massacre n'avait pas eu lieu et que personne n'était mort, l’accusé a répondu par l'affirmative en ajoutant toutefois ceci : Ils [les médias] ne me laissent pas revenir en arrière.

Alex Jones s'est également plaint d'avoir été catalogué comme quelqu'un qui court partout pour parler de Sandy Hook, qui gagne de l'argent avec Sandy Hook, qui est obsédé par Sandy Hook.

Un contre-interrogatoire mené par l'avocat Mark Bankston a poussé l’accusé à reconnaître d’autres allégations de conspiration, notamment lors des attentats à la bombe d'Oklahoma City et du marathon de Boston, de même que lors des fusillades de masse de Las Vegas et de Parkland, en Floride.

En outre, Me Bankston a démontré que les théories complotistes d’Alex Jones visaient aussi le procès lui-même, dénigré sur le site InfoWars.

Grâce à une fuite d'informations transmises par inadvertance par la partie adverse, l’avocat a fait valoir qu’Alex Jones ne s'était pas conformé aux ordres du tribunal de fournir des textos et des courriels pour la collecte de preuves avant le procès, ce à quoi l’accusé a répondu : Je ne suis pas un gars expert en technologie.

« Saviez-vous qu'il y a 12 jours, vos avocats se sont trompés et m'ont envoyé une copie numérique de l'intégralité de votre téléphone portable avec tous les textos que vous avez envoyés au cours des deux dernières années? »

— Une citation de  Mark Bankston, avocat de Neil Heslin et Scarlett Lewis, dont le fils a été tué

L'avocat des parents de Jesse Lewis a également montré au tribunal un courriel d'un responsable commercial d'InfoWars qui informait Alex Jones que la société avait gagné 800 000 $ bruts en vendant ses produits en une seule journée, ce qui représenterait près de 300 millions de dollars en un an.

Le jury doit examiner si Alex Jones et sa société devront payer des dommages-intérêts punitifs aux plaignants.

Organisation d'insolvabilité?

Quand le juge a renvoyé le jury hors de la salle pour délibérer, il a vivement réprimandé M. Jones pour avoir assuré aux jurés qu'il s'était conformé à la collecte de preuves avant le procès alors qu'il ne l'avait pas fait et qu'il était en faillite, ce qui n'a pas été déterminé.

M. Jones a déjà essayé de protéger financièrement Free Speech Systems, sa société de médias. Celle-ci a demandé la protection de la loi fédérale sur les faillites la semaine dernière.

Les familles de Sandy Hook ont exprimé leurs craintes au sujet d'une éventuelle organisation d'insolvabilité de l'accusé qui, selon eux, tenterait de protéger les millions de dollars générés par son entreprise par le biais d'entités fictives.

Âgé de 48 ans, le conspirationniste est poursuivi devant des tribunaux du Texas et du Connecticut, où il a subi plusieurs revers judiciaires.

En novembre 2021, une juge dans le Connecticut avait estimé qu'il était responsable au civil et pouvait être assujetti au versement de dommages et intérêts. Dans ce dossier, un procès est prévu pour septembre.

Avec les informations de Associated Press, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !