•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Requins blancs en Atlantique : aucune raison d’avoir peur, disent des experts

Photo d'un grand requin blanc sous l'eau.

Des spécialistes veulent changer l'image populaire du requin blanc, qui affiche un sourire carnassier et a de grandes dents.

Photo : iStock

Radio-Canada

La présence de requins blancs a été signalée à nouveau cet été sur les côtes des provinces de l’Atlantique. Les spécialistes des requins assurent qu’il n’y a toutefois aucune raison d’avoir peur. Ils aimeraient, au contraire, changer l’image populaire de ces grands poissons.

95 % des requins vont passer à côté de toi puis ne s’occuperont même pas de toi, affirme l’océanographe de l’Institut Océanographique de Bedford, Marc Ringuette.

L’an dernier, l’attaque présumée d’une femme de 21 ans au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, a fait beaucoup réagir sur les médias sociaux.

La biologiste marine Nicole Leavitt-Kennedy, de Island Quest Whale Watching souligne qu'il est rare de voir un aileron de requin.

Nous observons des phoques et des marsouins qui ont des morsures, c’est un signe qu’il y a des requins blancs dans la région, dit-elle toutefois.

On a une impression d’une plus grande abondance, par contre, quand on recalibre ces données-là en fonction du nombre de poissons étiquetés et du nombre d’hydrophones, on s’aperçoit qu’il y a à peu près la même proportion de poissons qui viennent nager dans les eaux canadiennes chaque année, indique pour sa part Marc Ringuette.

La population de requins blancs se porte bien

Selon une récente étude publiée dans le Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques, les requins blancs, qui étaient en voie de disparition dans les eaux canadiennes, semblent retrouver une certaine stabilité.

Les jeunes, notamment, regagnent du territoire.

Avec l’augmentation d’une façon générale [de la population de requins] aux États-Unis, ces juvéniles sont forcés de commencer à explorer leurs propres aires de nourriture, explique le directeur général de Ocean Tracking Network, Frederick Whoriskey.

La nageoire dorsale d'un requin fend la surface de l'eau

La présence du requin blanc dans les eaux canadiennes attire de plus en plus l'attention des scientifiques.

Photo : Neil Hammerschlag

La présence de requins blancs a jusqu'à maintenant été signalée dans la baie de Fundy, sur la côte ouest de la Nouvelle-Écosse et dans le golfe du Saint-Laurent cet été. Il est même possible de suivre certains de ces requins à la trace, en direct sur Internet.

Les amoureux des requins recommandent seulement à la population de ne pas nager au milieu d’un banc de poissons ou d’un groupe de phoques ni de s’aventurer dans l’eau au crépuscule.

D’après le reportage d’Adrien Blanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !