•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pénurie de cathéters épiduraux frappe le Québec

Une femme enceinte allongée sur une table d'opération.

Parmi les trois fournisseurs de cathéters épiduraux de la province, la production et l’expédition devraient revenir à la normale pour l’un d’entre eux d’ici la fin du mois d’août.

Photo : iStock / FatCamera

Radio-Canada

Une pénurie mondiale de cathéters épiduraux frappe de nombreuses provinces canadiennes, dont le Québec. Malgré l’inquiétude de plusieurs femmes qui craignent ne pas pouvoir bénéficier d’une épidurale, « la situation devrait rentrer dans l’ordre sans faire de choix trop difficiles », selon le président de l’Association des anesthésiologistes du Québec (AAQ), Nikola Joly.

Il y a un problème dans la chaîne d’approvisionnement. On n’a pas autant de cathéters épiduraux qu’à l’habitude dans les stocks des hôpitaux.

Une citation de Le Dr Nikola Joly, président de l’Association des anesthésiologistes du Québec.

Pour l'instant, M. Joly confirme que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a sondé les différents établissements de santé et de services sociaux pour déterminer la quantité de cathéters disponibles, le portrait précis des stocks ne pouvant cependant pas être dressé.

Il affirme toutefois que la plupart des établissements du Québec en ont pour plus d’un mois de stocks . Des solutions seraient déjà en branle pour éviter le manque de cathéters. L’utilisation d’équipement déjà présent dans d’autres pays comme les États-Unis, mais qui n’est pas encore homologué au Canada, est notamment évoquée par le président de l’AAQ.

Le partage de cathéters entre les différents établissements est aussi envisagé.

Il y a de l’entraide et de la collaboration entre les établissements. C’est ce qu’on souhaite, on ne veut pas que les patients se mettent à magasiner pour voir quel établissement offre des épidurales et quel établissement n’en a pas.

Une citation de Le Dr Nikola Joly, président de l’Association des anesthésiologistes du Québec.

Au Québec, Nikola Joly mentionne que parmi les trois fournisseurs de cathéters épiduraux de la province, la production et l’expédition devraient revenir à la normale pour l’un d’entre eux d’ici la fin du mois d’août.

Le reportage de Normand Grondin

L’Estrie touchée

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS souligne que la situation n’est pas encore critique dans la région. La recommandation est donc d’utiliser judicieusement les cathéters d’épidurale autant en chirurgie qu’à la maternité sans toutefois restreindre l’utilisation de l’épidurale.

L’établissement a effectué un recensement de l’équipement disponible en plus de redistribuer les cathéters selon les missions et le volume d’activité.

Selon le CIUSSS de l'Estrie-CHUS, la péridurale ou épidurale est une technique analgésique fréquemment utilisée pendant le travail et l’accouchement pour la gestion de la douleur et les naissances à haut risque, le recours à un cathéter étant essentiel à la procédure.

Chaque année, environ 60 000 femmes recevraient une épidurale, selon l’AAQ.

Les sages-femmes sollicitées

Pour pallier les impacts d'une éventuelle pénurie de cathéters épiduraux, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS travaille en collaboration avec les sages-femmes, afin que celles-ci accompagnent les femmes enceintes et leur permettent d'éviter des complications pendant l'accouchement.

On sait qu'à l'heure actuelle, des équipes ont été interpellées sur le terrain. [...] En contrepartie, on avait déjà procédé à des travaux pour savoir comment les sages-femmes pouvaient contribuer à l'offre de service en périnatalité. Ça va dans la continuité de ces travaux-là, même si c'est un nouveau problème, indique la vice-présidente du Regroupement des sages-femmes du Québec, Amaili Jetté.

Cette dernière explique que les sages-femmes peuvent appuyer les femmes enceintes en travaillant en équipe multidisciplinaire auprès d'elles.

Certaines personnes vont probablement se tourner vers un suivi de sage-femme pour bénéficier de la préparation, de l'accompagnement et de l'expertise en lien avec le soulagement de la douleur. On s'attend à ce qu'il y ait plus de demandes qui viennent auprès des maisons de naissance.

Le Regroupement des sages-femmes s'attend à ce que les demandes viennent des CIUSSS, mais aussi des patientes elles-mêmes.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Estrie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Estrie.