•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résultats rassurants pour une étude sur les produits ignifuges

Une petite fille dans les bras de son père qui présente son coude au coude d'une infirmière.

Des 760 nourrissons ayant été observés en 2007, 365 sont revenus pour effectuer des tests cognitifs.

Photo : iStock / Drazen Zigic

Radio-Canada

À partir de 2007, les chercheurs de l'Université de Sherbrooke ont suivi plusieurs centaines d’enfants, dès la gestation, pour déterminer les impacts que peuvent avoir ces substances sur le développement cognitif.

Qualifiés de perturbateurs endocriniens, les produits ignifuges se retrouvent dans de nombreux articles utilisés au quotidien. Étant ajoutés dans le polymère, ils sont présents non seulement dans les ordinateurs, mais aussi dans les matelas, dans les tapis, dans les chaises, dans les mousses, dans les voitures, etc. , selon la professeure à la Faculté de médecine et des sciences de la santé à l’Université de Sherbrooke, Dre Larissa Takser.

« Ce sont des substances qui s’accumulent dans la chaîne alimentaire qui ressemble aux hormones et dont les effets restent encore méconnus . »

— Une citation de  Dre Larissa Takser, professeure à la Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke.

Des 760 nourrissons ayant été observés en 2007, 365 sont revenus pour effectuer des tests cognitifs. À l’âge de six ans, aucun effet des produits ignifuges n’a été détecté, affirme Dre Takser.

De nouvelles perspectives

Une participante, maintenant âgée de 15 ans, garde de bons souvenirs de l’expérience.

« Ça n'a pas fait mal [...]. Des fois, il y a des prises de sang, mais à part ça, c’est surtout très intéressant. »

— Une citation de  Cloé Martineau, participante à l’étude.

Plus de 300 enfants, âgés de 9 à 13 ans, ont connu de nouveaux tests quelques années plus tard. Les résultats de ces observations ne sont toutefois pas encore disponibles.

Ces tests font notamment appel à l’imagerie cérébrale, permettant de visualiser les connexions cérébrales.

Avec les informations de Guylaine Charette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !