•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des journées de promotion pour encourager les jeunes à devenir animateur dans les camps

Une jeune femme dans un corridor du Patro.

Raphaëlle Gauthier a d’abord commencé en tant que monitrice il y a dix ans. Elle occupe maintenant le poste de coordonnatrice.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Radio-Canada

Être animateur dans un camp de jour n'est pas un travail toujours facile et le recrutement de moniteurs représente un défi pour jouer ce rôle essentiel auprès des jeunes pendant l’été.

Radio-Canada a rencontré des animateurs du Patro de Jonquière, dans le cadre des Journées de l’animation du Conseil québécois des loisirs, qui ont lieu du 2 au 4 août. Ces journées visent à mettre en valeur le rôle des animateurs afin d’encourager la relève.

Tous les étés, le Patro de Jonquière engage près de 70 moniteurs pour s'occuper des 950 enfants qui fréquentent le camp de jour de l’organisme.

Des jeunes comme Félix Lavoie, Alexis Angers-Girard et Frédérique Savard passent leurs journées accompagnés des plus petits avec grand plaisir.

Des jeunes assis dans un gymnase.

Les Journées de l'animation se déroulent du 2 au 4 août.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Voir les sourires chaque jour, les voir jouer, voir le plaisir dans leurs yeux, c'est notre paie , illustre Félix Lavoie, qui est animateur culturel et qui en est à son septième été comme animateur avec le Patro de Jonquière.

Alexis Angers-Girard, qui est animateur auprès des 12 ans et plus, en est pour sa part à son deuxième été au sein de l’équipe.

« J'étais quelqu'un d'un peu plus gêné avant et venir travailler ici ça m'a fait découvrir une facette de moi que je n'avais jamais vraiment vue auparavant. »

— Une citation de  Alexis Angers-Girard, animateur au Patro de Jonquière

Frédérique Savard a à coeur son rôle de monitrice. Les parents qui viennent nous porter leur jeune chaque jour, on s'occupe d'eux comme si c'était les nôtres , partage celle pour qui il s’agit de son cinquième été au Patro de Jonquière. Elle s’occupe également des jeunes âgés de 12 ans et plus.

Deux animateurs dans une salle du Patro.

Alexis Angers-Girard est responsable d’un groupe de jeunes de plus de 12 ans. C’est son deuxième été au Patro. Sa collègue Frédérique Savard a aussi un groupe d’adolescents. Elle travaille pour l'organisme depuis cinq ans.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

Un recrutement plus difficile

Dans les dernières années, le recrutement est cependant devenu de plus en plus compliqué pour le Patro de Jonquière. L’organisme a dû faire preuve de débrouillardise afin de compléter son équipe.

Les 20 derniers moniteurs ont été difficiles à aller chercher, donc on a mis un programme en place. Si tu nous conseilles un moniteur, on te donne une carte-cadeau de 100 $ , explique Raphaëlle Gauthier, coordonnatrice au Patro de Jonquière.

Les moniteurs sont de plus en plus jeunes, constate l’animatrice qui passe présentement son 10e été au Patro de Jonquière.

« Quand je suis rentrée comme monitrice, j'étais la seule jeune de 16 ans et les autres avaient 17-19 ans. Maintenant, la plupart ont 14-16 ans. C'est sûr que c'est de l'ajustement pour nous. »

— Une citation de  Raphaëlle Gauthier, coordonnatrice au Patro de Jonquière

Un emploi valorisant

Le travail d'animateur n'est pas toujours facile, mais les avantages dépassent les inconvénients, estiment les moniteurs rencontrés.

C'est avoir la tête un peu partout en même temps, mais au fil du temps ça s'apprend bien et on devient vraiment bon. Mais les jeunes nous donnent beaucoup d'amour et on en donne en retour , partage Frédérique Savard.

Un jeune animateur à l'extérieur.

Félix Lavoie est animateur culturel. Il travaille au Patro depuis six ans.

Photo : Radio-Canada / Béatrice Rooney

On ne peut pas se tromper en étant moniteur. C'est plaisant. À chaque journée tu apprends, tu fais des nouveaux jeux. Tu ne perds jamais dans cette job-là, souligne de son côté Alexis Angers-Girard.

Ça t'amène tellement de choses partout dans ton parcours de vie, que ce soit au niveau des valeurs qu'on t'amène ici quand tu travailles, que ça soit donner tes valeurs aux jeunes aussi , ajoute Félix Lavoie.

Selon la coordonnatrice, il est essentiel de mettre de l’avant ce travail qui est important pour les enfants et pour les parents.

Ils font un travail exceptionnel. Être animateur, c'est tellement important. Ça change une vie, être moniteur de camp de jour, autant pour le moniteur que pour le jeune , souligne Raphaëlle Gauthier.

D’après un reportage de Béatrice Rooney

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !