•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des amendes plus sévères pour les conducteurs de véhicules bruyants réclamées à Edmonton

Un policier calcule la vitesse des automobiles à l'aide d'un radar qu'il pointe dans leur direction.

Des résidents d'Edmonton souhaitent que les policiers donnent des amendes plus sévères aux conducteurs de véhicules ou de motocyclettes faisant du bruit (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Radio-Canada

Des centaines de résidents d'Edmonton agacés par le bruit excessif de certaines automobiles et motocyclettes demandent à la Ville d'infliger des amendes plus sévères à ces conducteurs.

Le conseiller du quartier Papastew, Michael Janz, a mis en ligne une pétition qui a déjà récolté plus de 500 signatures. Il souhaite que les policiers d'Edmonton donnent des amendes de 5000 $ aux conducteurs de véhicules qui émettent un son au-delà de 74 décibels.

Les moyens de transport visés sont les motocyclettes équipées de tuyaux d'échappement droits, les automobiles dont le silencieux a été modifié et les camionnettes au diesel.

Michael Janz croit que ces véhicules modifiés illégalement devraient déjà être retirés des routes.

Ces gens paient délibérément des milliers de dollars pour rendre leur véhicule plus bruyant [...], ils doivent payer de grosses amendes et être découragés avec n'importe quel outil dont nous disposons, a-t-il affirmé.

À l'heure actuelle, à Edmonton, les contraventions pour bruit excessif peuvent par exemple aller jusqu’à 250 $ pour les motocyclettes qui émettent un son supérieur à 92 décibels, selon les règlements municipaux, en vertu de la Loi provinciale sur la sécurité routière. S’il fallait permettre des amendes plus sévères, il faudrait que les règlements municipaux soient modifiés.

Même si du bruit peut parfois être entendu toute la nuit le long de l'avenue Whyte, l'avenue Jasper, la route Groat ou encore la route Connors, le conseiller Michael Janz dit avoir reçu des plaintes des quatre coins d’Edmonton.

Des amendes plus sévères : la seule solution?

Le psychologue Anthony Joyce, qui vit près de l'avenue Whyte, a signé la pétition de Michael Janz parce qu’il en a assez du bruit que font certains véhicules et du comportement des conducteurs. Il soutient l’idée qu’il faut donner des amendes plus sévères.

Je ne pense pas qu’une amende de 250 $ soit suffisante pour décourager certaines personnes, dit-il. Si [Michael Janz] croit qu’une amende à quatre ou cinq chiffres serait appropriée pour ces gens-là, je serais tout à fait d'accord.

Le consultant en transport et en aménagement du territoire Karl Tracksdorf a aussi signé la pétition, mais il croit que les amendes ne sont qu’une façon de régler le problème du bruit excessif de certains automobilistes.

Il faut aborder le problème en passant par la conception des routes, précise-t-il. Pour Karl Tracksdorf, inciter les gens à aller moins vite sur la route est une autre solution.

L’utilisation de radars sonores serait également une solution envisageable pour réduire le bruit, selon Michael Janz.

La Ville d’Edmonton en avait auparavant installé quelques-uns sur certaines rues, pour permettre de calculer le nombre de décibels émis par un véhicule. Or, ils ne sont plus en activité.

Le conseiller de Papastew note qu'il faudrait l’aide du gouvernement provincial. Depuis que la province a mis sur pause l’utilisation de technologies pour les forces de l’ordre, comme les radars photographiques pour les excès de vitesse, la Ville d'Edmonton ne peut utiliser une technologie similaire pour le bruit.

Selon lui, des villes du monde entier mettent en place des systèmes automatisés qui leur permettent de repérer les véhicules qui produisent un bruit excessif et de donner des contraventions en conséquence. J'aimerais beaucoup que ce type de technologie soit mis en œuvre à Edmonton, affirme-t-il.

Avec les informations de Natasha Riebe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !