•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3600 foyers privés de courant à cause... d’un écureuil

Un écureuil qui saute.

Les écureuils ont été à l'origine de près de 500 coupures de courant l'an dernier au Manitoba.

Photo : getty images/istockphoto / Ian Groves

Environ 3600 clients d’Hydro-Manitoba ont été privés d’électricité mardi matin dans le quartier West Kildonan, à Winnipeg. Le coupable était… un écureuil.

La panne, qui a commencé en milieu de matinée, a affecté 3580 foyers et s’étendait de l’avenue Kingsbury à l'autoroute périphérique. Selon l’entreprise publique, le courant a été rétabli aux alentours de 11 h 15.

Sur Twitter, Hydro-Manitoba a indiqué qu'un écureuil était à l'origine de la panne.

493 coupures d’électricité à cause des écureuils

Si l'idée d'un écureuil responsable d’une panne d’électricité semble insolite, ce n’est pourtant pas rare. En effet, ces petits rongeurs ont été à l’origine de 493 pannes d’électricité l’an dernier, selon le porte-parole d’Hydro-Manitoba, Riley McDonald.

Les animaux sauvages sont, en réalité, l’une des principales raisons à l’origine de coupures d’électricité dans la province, explique-t-il par courriel. Ils sont d’ailleurs les premiers à être listés dans la catégorie des éléments entrant en contact avec les lignes électriques, qui représentent 15 % des coupures d’électricité, selon des statistiques (Nouvelle fenêtre) publiées sur le site de l’entreprise énergétique.

L’écureuil étant un rongeur, on pourrait croire que sa gourmandise est à l’origine des coupures de courant, en imaginant qu’il dévore les câbles électriques. Mais alors, ce serait faire un faux procès à ces petits animaux, car la raison est tout autre.

En gros, un animal provoque une panne de courant en reliant deux équipements électriquement séparés. Par exemple, les ailes d'un oiseau peuvent connecter deux lignes électriques, et cela provoque un court-circuit et une coupure de courant, illustre Riley McDonald.

Dans ce cas, la survie de l’animal est très peu probable. Les animaux qui causent ce genre de pannes, y compris l'écureuil [de ce mardi], ne survivent pas, souligne-t-il.

Des mesures prises pour éloigner les animaux

Vu le nombre d’animaux sauvages qui vivent dans la province, Hydro-Manitoba a dû mettre en place des dispositifs pour les repousser ou les dissuader de s’approcher des lignes électriques et éviter que des coupures de courant ne surviennent trop souvent à cause d’eux.

Nous avons mis des boucliers en plastique autour du matériel qui entre souvent en contact avec des animaux. Dans certains cas, on utilise du ruban réfléchissant et des volets pour empêcher les oiseaux d’atterrir, précise Riley McDonald.

Hydro-Manitoba a aussi construit, vers le lac Winnipeg, des plateformes de nidification près de ses pylônes pour permettre aux balbuzards de nicher loin de ses installations.

Nous faisons tout notre possible pour essayer de prévenir les pannes de courant causées par les animaux, mais elles restent imprévisibles, conclut Riley McDonald.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !