•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau contrat de travail à la scierie de Produits forestiers Petit-Paris

La pancarte indiquant les installations de Produits forestiers Petit-Paris.

Produits forestiers Petit-Paris est située à Saint-Ludger-de-Milot.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les 125 travailleurs de la scierie de Produits forestiers Petit-Paris, à Saint-Ludger-de-Milot, ont une nouvelle convention collective.

Le nouveau contrat de travail prévoit des augmentations salariales de 16 à 23 % sur trois ans et inclut une clause de protection contre l'inflation des prix à la consommation.

Cinquante-sept employés se sont prononcés vendredi à 65 % en faveur de l'entente de principe qui était intervenue la semaine précédente entre le Syndicat des travailleurs de la scierie Petit-Paris, qui est affilié à la CSN, et l’employeur.

Les travailleurs avaient déclenché une grève de 24 heures au début du mois de juillet, après avoir voté cinq jours de grève en juin.

Des syndiqués manifestent le long d'une rue.

Environ 25 syndiqués avaient manifesté le 7 juillet devant les bureaux administratifs de l'entreprise à Saint-Ludger-de-Milot.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Selon la présidente régionale de la CSN, Manon Tremblay, ces augmentations font suite aux concessions salariales faites par les travailleurs en 2019 en raison de difficultés financières.

« Ce n’est pas un gros taux, parce que les demandes qu’il y avait sur la table étaient majeures et on sait que l’employeur avait la capacité de payer encore plus. Mais les gens ont voulu y aller avec ce qu’ils ont vécu dernièrement, ont voulu y aller quand même prudemment. »

— Une citation de  Manon Tremblay, présidente régionale de la CSN

Selon le président-directeur général de Produits forestiers Petit-Paris, Alain Paradis, l'entente est satisfaisante, compétitive et permet de répondre aux nouvelles réalités du marché.

L’entente qui a été faite, c’était vraiment pour considérer les conditions actuelles [aux]quelles nos travailleurs font face par rapport aux augmentations de l’inflation et du marché. [Alors,] c’est ce qu’on a fait comme réajustement. Puis, effectivement, on est très heureux d’être en mesure, finalement, d’offrir de meilleures conditions à nos travailleurs , a-t-il souligné.

Des gains ont également été obtenus dans la procédure d’affichage des postes, le mécanisme de prises de vacances et la gestion du régime de retraite, a indiqué la CSN dans un communiqué diffusé lundi.

L’implantation d’une procédure visant à faciliter la préretraite et l’ajout d’un jour férié figurent également dans le nouveau contrat de travail.

Avec les informations de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !