•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fouilles archéologiques reprennent au parc du Lac-Leamy

Une personne passe de la terre au tamis.

Les fouilles archéologiques reprennent au parc du Lac-Leamy, à Gatineau, après une pause de deux ans (archives).

Photo : CCN

Radio-Canada

Après une pause de deux ans, les fouilles archéologiques sont de retour au parc du Lac-Leamy, à Gatineau. À l’occasion du mois de l’archéologie, la Commission de la capitale nationale (CCN) invite le public à y prendre part.

Selon l’organisme fédéral, le parc du Lac-Leamy renferme le plus grand complexe de sites archéologiques préeuropéens de la région. On estime que ces sites qui fournissent d’importants renseignements sur les Algonquins anishinabes datent de 1000 à 2000 ans.

La CCN assure d’ailleurs que les fouilles sont supervisées par la Première Nation de Kitigan Zibi et la Première Nation de Pikwakanagan.

Des personnes sous un chapiteau.

Un chapiteau a été dressé aux abords du lac Leamy pour accueillir la station archéologique (archives).

Photo : CCN

On fait des fouilles pour sensibiliser le public à l’importance de l’archéologie, mais c’est surtout en raison de l’érosion, indique Ian Badgley, gestionnaire du programme d’archéologie à la CCN, lors de son passage à l'émission Sur le vif.

En effet, le pourtour du lac Leamy, comme la plupart des autres cours d’eau, est sensible à l’érosion et les archéologues souhaitent découvrir les secrets que renferment les berges avant qu’ils ne sombrent au fond du lac.

Une personne devant un amas de terre.

Ian Badgley, archéologue à la Commission de la capitale nationale (archives)

Photo : CCN

« On perd des ressources archéologiques chaque année. »

— Une citation de  Ian Badgley, gestionnaire du programme d’archéologie à la CCN

Ian Badgley souhaite donc sensibiliser le public à l’érosion et espère que les participants seront à leur tour des agents de changement pour la préservation des environnements naturels et historiques.

Démocratiser l’archéologie

Par ailleurs, participer à des fouilles archéologiques permet de démystifier cette discipline qui peut sembler difficile d’accès.

On a cette impression-là que c’est complexe, l’archéologie, mais ce n’est pas seulement une étude, l’archéologie, c’est aussi une discipline. C’est facile d’encadrer les gens dans les techniques de fouille, ce n’est pas du tout difficile!

« Tout le monde peut apprendre à faire des fouilles archéologiques! »

— Une citation de  Ian Badgley, gestionnaire du programme d’archéologie à la CCN
Une personne creuse dans la terre.

Le public est invité à venir se mettre les mains dans la terre, du 1er au 30 août (archives).

Photo : CCN

La CCN gère également un programme avec des jeunes algonquins des Premières Nations avoisinantes pour les initier à l’archéologie.

On veut que ces jeunes puissent eux-mêmes interpréter leur propre patrimoine. L’archéologie, c’est une étude coloniale et ce qu’on veut, c’est prendre une approche différente, on est dans la décolonisation, explique M. Badgley.

Le site de fouille archéologique du parc du Lac-Leamy est ouvert trois jours par semaine jusqu’à la fin du mois d’août.

Avec les informations de Rémi Authier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !