•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti vert du Québec préfère un métro au tramway

Une représentation virtuelle montre des gens qui attendent le tramway à une station en hiver.

Le Parti vert du Québec préférerait voir le réseau de transport structurant de la capitale construit sous terre.

Photo : Ville de Québec

Les opposants au tramway de Québec ont reçu un nouvel appui de taille lundi alors que le chef du Parti vert du Québec (PVQ) a profité de sa visite dans la capitale pour dénoncer « un projet qui manque d'ambition et à l'impact écologique négatif ».

Le chef du PVQ, Alex Tyrrell, partage le point de vue de Québec mérite mieux, l'organisation qui a récemment tenté de faire dérailler le projet de tramway en Cour supérieure.

Bouton menant au portail sur le tramway de Québec

M. Tyrrell plaide notamment pour un métro, un moyen de transport souterrain durable qui n'aurait aucune incidence sur l'environnement de surface.

Alex Tyrrell devant une forêt.

Alex Tyrrell est chef du Parti vert du Québec depuis 2013.

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Le projet du tramway a certains mérites, mais ce n'est pas à la hauteur de ce qu'un gouvernement vert voudrait voir comme solution de transport en commun pour la région de la Capitale-Nationale, a-t-il déclaré lors de l'investiture d'un candidat du parti, lundi midi.

Sauver des arbres

M. Tyrrell en a notamment contre la coupe de plusieurs centaines d'arbres très matures, importants pour la ville et les problèmes de circulation qu'occasionnera, selon lui, le partage de la route entre les usagers du tramway et les automobilistes.

« Avec un métro, il y aurait quelques arbres de coupés, mais la quantité d'arbres serait de beaucoup inférieure à ce qu'on voit avec le tramway de Québec. »

— Une citation de  Alex Tyrrell, chef du Parti vert du Québec

Nous croyons que le Québec a tous les moyens nécessaires pour construire un métro souterrain, ici, dans cette ville, ajoute M. Tyrrell. Le métro de Montréal, on l'a construit dans les années 60, et on dirait que, de nos jours, un projet de cette ampleur-là serait presque irréalisable. Pourquoi les gens d'aujourd'hui, on ne peut pas se donner les mêmes ambitions?, questionne-t-il.

Éric Ralph Mercier, chef du parti Québec 21, s'est dit agréablement surpris d’entendre la position du PVQ : Notre opposition au projet de tramway est connue de longue date et basée sur des faits. Sans s’ingérer dans la campagne provinciale, alors que l’acceptabilité sociale n’est pas au rendez-vous, les gens auront la chance de s’exprimer et nous espérons qu’ils le feront puisque l’administration municipale fait la sourde oreille.

Un allié pour Québec mérite mieux

La sortie du chef du PVQ fait également grand plaisir à Québec mérite mieux. Le regroupement reçoit désormais l'appui du Parti conservateur du Québec, souvent décrit comme à droite sur l'échiquier politique québécois, et celui du PVQ, davantage à gauche.

Donald Charette, du regroupement Québec mérite mieux

Donald Charette, du regroupement Québec mérite mieux

Photo : Radio-Canada/Colin Côté-Paulette

On est très heureux qu'un parti dont la vocation est l'environnement donne son appui à Québec mérite mieux, a dit le porte-parole du regroupement Donald Charette.

« Nous, on défend l'environnement à la Ville de Québec. »

— Une citation de  Donald Charette, porte-parole de Québec mérite mieux

Question de l'urne?

Donald Charette souhaite que le projet de tramway devienne un des principaux enjeux de la prochaine campagne électorale provinciale.

Il faut que ça devienne la question de l'urne ou du moins un enjeu majeur dans la région de Québec. On parle d'un projet de 4 milliards qui bouleverse la vie des gens de Québec, souligne l'ex-journaliste.

Il y a une dizaine de jours, la Cour supérieure a rejeté la demande d’injonction provisoire de Québec mérite mieux, qui souhaitait faire suspendre temporairement les travaux du tramway. Ces derniers pourront donc continuer jusqu’à ce que le tribunal se penche sur le fond de la question.

Guy Bertrand accompagné de plusieurs citoyens de Québec.

Guy Bertrand accompagné de plusieurs citoyens de Québec mérite mieux lors de la demande d'injonction provisoire faite à la Cour supérieure.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Perron-Drolet

Selon l'échéancier actuel, les travaux de réalisation du projet commenceront en 2023 et se poursuivront jusqu’en 2028.

Avec la collaboration de Raphaël Beaumont-Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !