•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation des plaintes contre les vétérinaires en 2021

Un vétérinaire portant des gants chirurgicaux ausculte un chat.

Le rapport de l'Association des vétérinaires ne permet pas de répartir les plaintes selon les espèces animales (archives).

Photo : getty images/istockphoto / Dina Damotseva

Radio-Canada

Le nombre de plaintes contre des vétérinaires a augmenté en 2021, selon le premier rapport publié sur le sujet en mai dernier par l’Association professionnelle des vétérinaires du Manitoba.

Il y a eu 39 plaintes formelles l’an dernier, alors qu’il y en avait eu 27 en 2020 et 5 en 2016.

Le registraire de l’Association des vétérinaires, Corey Wilson, dit que l’organisme qui réglemente la profession a été amené à publier ces données sur son site Internet après un reportage de CBC/Radio-Canada diffusé en octobre dernier qui portait sur une vétérinaire suspendue pour abus présumé de stupéfiants.

La décision de publier ces données – une pratique déjà en place en Ontario et en Saskatchewan – est une bonne nouvelle pour certains.

Kim Gibson est la présidente de l’organisme sans but lucratif Professional Pet Groomers Association of Manitoba, qui regroupe les professionnels du toilettage des animaux.

Selon elle, l’Association des vétérinaires était un peu en retard. Elle vient de se rattraper, estime-t-elle.

Je pense que la transparence est la bonne avenue dans tous les secteurs, ajoute Kim Gibson. Les propriétaires d'animaux sont plus éduqués, ils sont plus exigeants, ils veulent savoir ce qui se passe.

Selon Corey Wilson, l’augmentation du nombre de plaintes pourrait s'expliquer par le fait que la population est plus sensibilisée à l’existence de l’organisme de réglementation des vétérinaires, et qu’elle connaît mieux le processus pour déposer une plainte.

Il y a aussi eu des augmentations des plaintes dans d’autres associations de vétérinaires au pays, un phénomène que Corey Wilson attribue à la pandémie.

Kim Gibson rappelle que les propriétaires ne pouvaient être en présence du vétérinaire qui soignait leur animal au plus fort de la pandémie. Elle n’est donc pas surprise que les plaintes aient été plus nombreuses au cours de cette période.

Kim Gibson fait le toilettage d'un chien.

Kim Gibson est la présidente de l'association qui regroupe les professionnels fournissant des services de toilettage aux animaux. Elle constate que les propriétaires d'animaux veulent plus de transparence de la part des vétérinaires.

Photo : Gracieuseté Kim Gibson

Les propriétaires ne savaient pas ce qui se passait pendant ces consultations, selon elle, et quand on confie son animal de compagnie à quelqu’un, même si c’est un professionnel, on se demande toujours ce qui se passe.

Corey Wilson dit ne pas être en mesure de fournir un descriptif des plaintes par sujets, comme la qualité des soins, la facturation ou des enjeux financiers.

Kim Gibson aimerait que l’Association des vétérinaires s'attaque à cette question. La plainte que j’entends le plus souvent de la part des propriétaires d’animaux, c’est que c’est vraiment cher et que les vétérinaires essaient simplement d'empocher plus d’argent.

En ce moment, 458 vétérinaires licenciés et 435 techniciens sont membres de l’Association professionnelle des vétérinaires.

Sur les 39 plaintes listées dans le rapport, 32 ont été résolues en 2021. Cinq plaintes se sont conclues par un règlement entre les parties sur les enjeux soulevés par le client.

Deux plaintes ont mené à des avis et deux autres à des avertissements formels. Enfin, 23 plaintes ont été rejetées et 1 plainte a mené à l’ouverture d'une enquête.

Corey Wilson indique qu’une plainte peut être rejetée si elle porte sur une conduite qui est en dehors du champ de compétence de l'Association ou si les preuves ne suffisent pas à démontrer une faute professionnelle.

La profession souffre en ce moment d’une pénurie de personnel. Selon Corey Wilson, il faudrait pourvoir l'équivalent de 68 postes à temps plein dans les cliniques privées pour répondre à la demande, d'après un sondage réalisé en mai auprès de ces cliniques.

Avec les informations de Vera-Lynn Kubinec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !