•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cadavre d’une femme trouvé dans une maison incendiée à Sorel-Tracy

Des policiers devant une maison. Un cadavre est recouvert d'un drap blanc.

Un homme a été arrêté dans le voisinage peu de temps après le signalement de l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Stéphane Grégoire

Radio-Canada

Le cadavre d'Audrey-Sabrina Gratton, une mère de famille de 43 ans, a été trouvé vers 23 h 30, dimanche, dans une résidence incendiée de la rue Turcotte, à Sorel-Tracy.

Peu de temps après le signalement de l'incendie, les policiers sont intervenus à environ 800 mètres de la maison en feu où ils ont retrouvé un homme âgé de 34 ans présentant de graves brûlures sur le corps, a précisé la Sûreté du Québec (SQ).

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, il s'agirait de l'ex-conjoint d'Audrey-Sabrina Gratton. L'homme a été conduit à l'hôpital où il se trouve dans un état critique qui l'empêche de répondre aux enquêteurs.

Le beau-père de la victime, Jacques Gratton, s'est rendu sur les lieux après les faits. Il a témoigné de son indignation et de sa peine aux journalistes dépêchés sur place.

Je sais depuis en même temps que vous que ma fille est décédée, probablement depuis hier soir à 23 h, a confié M. Gratton. Les causes exactes, personne ne veut me le dire [...] Je vais vous le dire, de quoi elle est morte, d'un meurtre.

Un féminicide?

Il est encore trop tôt pour déterminer les circonstances du drame, mais il pourrait s'agir du 6e féminicide au Québec de l'année, selon la police.

Audrey-Sabrina Gratton.

Le corps d'Audrey-Sabrina Gratton a été retrouvé sur les lieux de l'incendie.

Photo : Facebook

« Comme les circonstances sont suspectes, des techniciens en scènes d’incendie et de crimes accompagnés des enquêteurs se rendront sur place pour faire l’examen de la scène. »

— Une citation de  Nicolas Scholtus, porte-parole de la Sûreté du Québec

Dans les homicides en contexte conjugal, dans les féminicides, ce sont aussi les enfants qui sont des victimes collatérales, a réagi Sabrina Lemeltier, présidente de l'Alliance des maisons d'hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

SOS Violence conjugale

1 800 363-9010

sosviolenceconjugale.ca

Ligne québécoise de prévention du suicide

1 866 APPELLE

besoinaide.ca

Réseau des Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC)

1-866-532-2822

cavac.qc.ca

Pour avoir accès à toutes les ressources disponibles au Québec, cliquez ici.

Avec les informations de Karine Bastien et de Pascal Robidas

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.