•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les comptes bancaires d’épargne n’échappent pas à l’inflation

Des dés sur des piles de pièces de monnaie.

Les banques tardent à augmenter les taux d'intérêt des comptes d'épargne puisqu'il manque de compétition, soutient une experte.

Photo : iStock

La Presse canadienne

Puisque l'inflation atteint les 8 %, mais que les taux des comptes d'épargne n'augmentent pas, tous ceux qui ont placé leurs économies à la banque perdent peu à peu leur argent.

C'est de la faute aux taux d'intérêt des comptes d'épargne qui demeurent aux environs de 1 % et qui ne suivent pas le rythme.

Ils vont perdre de l'argent. La valeur de leurs économies décroît, dit Claire Célérier, une professeure agrégée de finance de l'Université de Toronto.

La situation était différente la dernière fois que l'inflation était aussi élevée. En 1981, quand l'inflation a atteint 12 %, les données de Statistique Canada indiquent que le taux d'intérêt des comptes d'épargne s'élevait alors à 19 %. Même en 1990, quand l'inflation avait glissé sous les 5 %, le taux d'intérêt des comptes bancaires dépassait encore les 9 %.

Une des principales causes de cet écart est la concentration du secteur bancaire au Canada, estime la professeure Célérier.

Quand la concurrence est faible entre les banques, cela leur prend plus de temps à ajuster les taux d'intérêt des comptes d'épargne, explique-t-elle.

Rien n'incite les banques à modifier leur politique de taux d'intérêt, ajoute-t-elle.

« Quand les banques ne haussent pas les taux d'intérêt des comptes d'épargne, elles réalisent plus de profits. C'est une façon très facile [d'en] réaliser. »

— Une citation de  Claire Célérier, professeure agrégée de finance de l'Université de Toronto

Au début des années 1980, l'apparition des fonds communs de placement offrait une solution de rechange aux banques pour l'épargnant moyen.

Un nombre croissant de banques en ligne et de coopératives de crédit offrent des taux concurrentiels. Après que la Banque du Canada eut annoncé en juillet une hausse d'un point de pourcentage de son taux directeur, Oaken Financial a fait passer son taux d'intérêt de 1,65 % à 2,25 %. De son côté, Duca, une banque coopérative, a fait monter le sien de 3,1 % à 3,25 %, mentionne Natasha Macmillan, directrice à Ratehub.ca.

Les Canadiens ne changent pas très souvent de banque. Selon un sondage Accenture réalisé en 2020, moins de 4 % des clients avaient transféré leur compte d'épargne dans une banque concurrente au cours de l'année précédente.

Certaines banques ont commencé à accroître leur taux d'intérêt, souvent par l'entremise d'une promotion à court terme. L'offre est souvent soumise à des restrictions et n'est pas ouverte à tous.

Les banques sont rapides à profiter des hauts taux d'intérêt pour les prêts, mais plus lentes à agir pour ceux qui veulent économiser, constate Mme Macmillan.

La Banque Scotia offre un taux temporaire de 4,05 % sur le compte d'épargne Momentum. La CIBC offre un taux de 3,55 %, mais qui chute à 0,8 % après 120 jours.

La Banque TD se contente d'offrir un taux de 0,05 % pour un compte dépassant 5000 $ et de 1 % pour un autre compte dépassant 10 000 $. La Banque Royale ne propose que 0,8 % et la Banque de Montréal, seulement 1 %.

Augmenter la compétition

Selon Mme Macmillan, si plus d'épargnants décidaient de transférer leur compte à des entreprises alternatives, la pression serait plus lourde sur les épaules des principaux acteurs.

Si plus de Canadiens se montrent plus à l'aise à magasiner ou à transférer leur compte, cinq ou six grandes banques commenceront à ressentir la pression de la concurrence et augmenteront leurs propres taux.

Les banques ne sont toutefois pas à la recherche de nouveaux clients puisque les Canadiens ont réalisé des économies importantes au cours de la pandémie.

Les banques ne manquent pas d'argent ni de liquidité. Le niveau des dépôts demeure élevé, mentionne Carl De Souza, vice-président principal à l'agence de notation DBRS Morningstar. La pression est moins forte pour augmenter les taux d'épargne, à moins que les dépôts ne soient soudainement en déclin ou qu'une concurrente ne hausse ses propres taux.

M. De Souza note que si les coopératives d'épargne offrent des taux supérieurs, c'est parce qu'elles ont été créées pour servir leurs membres et non pour permettre à des actionnaires de réaliser un profit. Cependant, les consommateurs hésitent toujours à faire un choix.

Certains peuvent ne pas vouloir placer de l'argent dans les banques coopératives malgré les taux d'intérêt plus élevés parce qu'ils croient qu'elles représentent un plus grand risque que les grandes banques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !