•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande dépasse l’offre et les prix sont élevés dans les hôtels du Nouveau-Brunswick

Deux adultes et deux enfants photographiés de dos au moment où ils sortent de leur domicile. Les deux adultes tirent des valises.

Les chambres d'hôtel peuvent être dispendieuses pour ceux qui planifient leurs vacances d'été à la dernière minute.

Photo : Getty Images / Mihailo Milovanovic

Radio-Canada

Les touristes sont de retour cet été au Nouveau-Brunswick, où le nombre de réservations dans les campings a déjà, à la fin de juillet, dépassé le total de l’année dernière.

Ceux qui ne veulent pas dormir à la belle étoile, cependant, font face à des prix élevés pour leur hébergement. Cela ne semble pas rebuter les touristes puisque de nombreux hôtels de la province sont pleins.

Dans les régions plus touristiques comme Shediac, la Péninsule acadienne ou Moncton, la plupart affichent complet pour plusieurs fins de semaine.

De nombreux hôteliers sont évidements satisfaits. Martin Lachapelle, copropriétaire du Quality Inn à Edmundston, estime que son revenu mensuel a plus que quadruplé, comparativement aux deux dernières années, marquées par des restrictions liées à la pandémie en ce qui a trait aux voyages.

Présentement, c'est les semaines de [vacances de la] construction au Québec, a-t-il mentionné alors que juillet se termine. Les gens n'étaient pas bienvenus aux frontières dans les dernières années, mais là, ils en profitent. Ils sont en grand nombre.

La hausse des prix se justifie, dit-il, par une demande qui dépasse l’offre disponible.

Les touristes qui ont réservé à l'avance sont ceux qui ont pu obtenir une chambre à des tarifs plus modestes. Si on est à la dernière minute, une chambre à l'hôtel de M. Lachapelle coûtera entre 300 $ et 350 $ pour une nuit.

L'homme d'affaires affirme que les prix qu'on voit en ce moment sont comparables à ce qu'on voyait pendant les saisons touristiques qui ont précédé le début de la pandémie, en 2020.

L’année dernière, une nuitée comparable coûtait environ 150 $.

D’après un reportage de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !