•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Urgences débordées en Outaouais : le gouvernement a trop tardé, dit le SPSO

Un hôpital vu de l'extérieur.

L'urgence de l'Hôpital de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Eloic Hamel

Radio-Canada

Rien n’étonne la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO), Karine D’Auteuil, quant à la situation actuelle des urgences en Outaouais. Vendredi, Radio-Canada rapportait que les services d’urgence débordaient dans la plupart des hôpitaux de la région. C’est à Hull qu’on enregistrait le pire taux d’occupation, à 196 %.

Le gouvernement a tardé à mettre des incitatifs. Depuis le printemps qu’on demandait des incitatifs. On le savait que l’été allait être encore plus difficile que les années précédentes, tonne Mme D’Auteuil. [François Legault] a encore une fois fait la sourde oreille, et il vient encore une fois faire son grand sauveur en plein milieu de l’été.

Karine D’Auteuil fait notamment référence au taux double accordé aux travailleurs de la santé qui acceptent de travailler les fins de semaine. Trop peu, trop tard, selon elle : C’est arrivé très tard. Ça va aider oui, mais à quel point? Ça ne sera pas à la hauteur du besoin du réseau.

Karine D’Auteuil, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais, en entrevue.

Karine D’Auteuil, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais, estime que le gouvernement a trop attendu avant de corriger la situation.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Elle déplore que les incitatifs comportent trop de restrictions : Christian Dubé et François Legault ne donnent jamais un cadeau [...] Il y a tellement de règles, ça en vient quasiment décourageant. Le monde aime mieux laisser faire que de se casser la tête à calculer si on a tous les prérequis pour avoir le taux double.

La présidente du SPSO souligne aussi la situation particulière de l’Outaouais, qui partage une frontière avec l’Ontario. On a au-dessus de 700 postes vacants. [...] Plusieurs professionnels en soins quittent [leur emploi pour aller travailler en] Ontario, déplore-t-elle.

Évitez les urgences, enjoint le CISSS de l’Outaouais

Contactée par Radio-Canada, une porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a mentionné que la pénurie de main-d’œuvre crée un ressac dans les urgences. Présentement, il y a une grande affluence dans les urgences de l'Outaouais et un pourcentage élevé de gens requièrent une hospitalisation. La pénurie de ressources humaines pour prendre en charge des usagers qui ne requièrent plus de soins actifs a un impact sur les lits d'hospitalisation, indique le CISSS de l’Outaouais.

Qui plus est, on souligne le fait que beaucoup d’employés du réseau sont actuellement en vacances.

Le CISSS de l’Outaouais appelle donc la population à privilégier d'autres ressources pour éviter les urgences. Il cite notamment le Rendez-vous santé Québec, le 811, un pharmacien ou encore le Guichet d’accès à la première ligne (GAP).

Avec les informations de Camille Kasisi-Monet et Olivier Daoust

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...