•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre des Langues officielles du Canada rencontre les communautés fransaskoises

Drapeau fransaskois.

Des représentants d’associations fransaskoises ont fait part des enjeux auxquels sont confrontés les francophones dans la province, lors de leur rencontre avec la ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

La ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a assisté à une séance de consultation avec des représentants d'associations fransaskoises, vendredi, dans le cadre du prochain Plan d’action quinquennal.

L’objectif était de comprendre les différents enjeux auxquels font face les francophones de la Saskatchewan.

Des représentants d’associations fransaskoises ont abordé la question des programmes postsecondaires qui poussent certains étudiants à s’inscrire aux universités anglophones ou à quitter la province pour suivre des cours en français.

La présidente de l’Association jeunesse fransaskoise, Kassandra Hipkins, déplore qu’il n’y ait pas assez de programmes en français dans la province.

La plupart de mes amis ont choisi une université francophone à Ottawa ou à Montréal parce qu’on n’a pas beaucoup de programmes en Saskatchewan, indique-t-elle.

La priorité pour le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise, Denis Simard, est la modernisation de la Loi sur les langues officielles. On a hâte que ça passe, toutes les questions sur les clauses linguistiques.

À la rencontre des communautés francophones

La ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, a mis l’accent sur la nécessité de rencontrer les différentes communautés francophones, en milieu minoritaire et majoritaire.

Pour moi, c’est très important de s'assurer qu’on va dans toutes les provinces et tous les territoires pour entendre les priorités du coin, souligne-t-elle.

Ces consultations vont permettre, dit-elle, au ministère d’élaborer son Plan d’action 2023-2028.

Les consultations pancanadiennes sur les langues officielles vont se poursuivre avec deux dernières rencontres en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard au début du mois d’août.

Avec les informations de Noémie Rondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !