•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Épidémie de variole simienne : un premier décès confirmé en Europe

Le virus de la variole simienne vu au microscope.

Le Brésil a également signalé un décès plus tôt vendredi, le premier enregistré hors d'Afrique.

Photo : UK Health Security Agency / Science Photo Library

Radio-Canada

Un premier décès lié à l'épidémie de variole simienne a été confirmé vendredi en Espagne, a annoncé le ministère espagnol de la Santé, ce qui en fait le premier décès en Europe lié à la maladie.

Le Brésil a également signalé plus tôt vendredi un décès lié à l'épidémie de variole simienne, le premier enregistré hors d'Afrique.

Il s'agit d'un homme de 41 ans qui souffrait également d'un lymphome, selon les autorités brésiliennes, qui ont précisé que des comorbidités avaient aggravé son cas.

Le gouvernement espagnol n'a pour sa part pas donné de détails au sujet de la victime.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), seulement cinq décès liés à la variole simienne avaient été signalés dans le monde jusqu'à maintenant, tous sur le continent africain, où la maladie a été décelée pour la première fois chez l'humain en 1970.

La variole simienne a donc fait un total de sept morts, dont deux sont liés à la présente épidémie.

En date du 29 juillet, l'Agence de la santé publique du Canada recense 803 cas de variole simienne au pays, dont 359 au Québec et 367 en Ontario.

Les autres provinces touchées sont le Yukon (1 cas), la Colombie-Britannique (61 cas), l'Alberta (13 cas) et la Saskatchewan (2 cas).

Samedi dernier, le patron de l'OMS a décidé de déclencher le plus haut niveau d'alerte pour tenter de juguler la flambée de variole simienne, malgré l'absence de consensus parmi son comité d'experts.

La qualification d'urgence de santé publique de portée internationale est utilisée par l'organisation dans des situations graves, soudaines, inhabituelles ou inattendues. C'est seulement la septième fois que l'OMS a recours à ce niveau d'alerte.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...