•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calgary veut réglementer les garderies en milieu familial

La mort de Mackenzy Woolfsmith, une fillette de 22 mois, a incité la Ville à combler l'absence de législation.

Portrait de Maxkenzy Woolfsmith.

La petite Mackenzy Woolfsmith, 22 mois, est morte alors qu'elle était dans une garderie privée.

Photo : Image partagée par la famille Woolfsmith

Radio-Canada

La Ville de Calgary souhaite imposer des conditions minimales de sécurité aux garderies en milieu familial qui ne sont pas inspectées par la province.

Si le conseil municipal approuve les propositions de l’administration, ces garderies devront obtenir une licence commerciale, ce qui obligera les propriétaires à obtenir un certificat de premiers secours et à se soumettre à une vérification du casier judiciaire et d’habilitation à travailler auprès des personnes vulnérables.

L’Alberta permet à des personnes de garder jusqu’à six enfants sans aucune surveillance de la part du gouvernement ou d’agences privées. La province n’inspecte ces garderies en milieu familial que s’il y a un signalement de menaces au bien-être des enfants ou de dépassement du plafond maximal d’enfants gardés.

Selon Statistique Canada, 62 % des services de garde pour enfants en Alberta n’ont pas de licence et donc de surveillance provinciale.

Une mort tragique

L’association Mackenzy’s legacy a incité la municipalité à compenser ce manque de surveillance il y a près d’un an. L’organisme a été fondé en mémoire de Mackenzy Woolfsmith, une fillette de 22 mois morte alors qu’elle se trouvait dans une garderie privée.

La propriétaire de la garderie a plaidé coupable d'homicide involontaire.

Devant le comité municipal sur le développement communautaire, la mère de la fillette a raconté qu’elle était terrifiée qu’une autre famille vive la même chose qu’elle. Selon Jen Woolfsmith, la mort de son enfant a provoqué très peu de changements réglementaires.

J’espère qu’à l’avenir, vous ne puissiez pas mettre une annonce sur Kijiji le vendredi et ouvrir une garderie pleine d’enfants le lundi juste parce que vous avez besoin d’argent, a-t-elle expliqué aux conseillers municipaux, dont certains avaient les larmes aux yeux.

Il y a des gardiens et gardiennes fantastiques, mais il y a aussi des monstres. Mon rêve avec Mackenzy’s legacy est de créer un système où les bons propriétaires [de garderie] peuvent s’épanouir et où les monstres ne peuvent plus garder nos enfants, a ajouté la cofondatrice de Mackenzy’s legacy Shelby Stewart, dont l’enfant de trois ans a été agressé dans une garderie en milieu familial.

« Je suis policière et je pensais connaître tous les signes à surveiller, mais dans ce cas, je les ai manqués. »

— Une citation de  Shelby Stewart, cofondatrice de Mackenzy's legacy

Le conseil municipal discutera des conditions imposées en septembre. Si la motion est approuvée, la réglementation s’appliquera à partir du 1er janvier 2023.

Avec les informations de Scott Dippel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !