•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Réginoise en fauteuil roulant dénonce des trottoirs impraticables

Une femme s'exprime à la caméra.

Terri Sleeva craint que son fauteuil ne se renverse en raison de la mauvaise condition des trottoirs et des rampes.

Photo : Radio-Canada / Gordon West

Radio-Canada

Selon la Réginoise Terri Sleeva, de nombreux trottoirs de la ville sont impraticables, voire dangereux pour les personnes en fauteuil roulant. Même si elle croit que la Ville fait de son mieux, beaucoup d'endroits lui sont encore inaccessibles.

Terri Sleeva affirme que ses déplacements dans les rues de Regina se font avec beaucoup de difficulté. Elle s’est récemment rendue à une rencontre au poste de police. Le trottoir qui se trouve du côté des places de stationnement pour personnes handicapées était difficile à gérer.

Il y a une bouche d’incendie juste à côté de la place de stationnement désignée, et des briques dans le chemin. Cétait extrêmement difficile de passer. Et c’est un emplacement géré par la Ville, explique Mme Sleeva.

Il y a beaucoup d'endroits où Terri Sleeva se sent en danger. Elle craint que son fauteuil ne se renverse en raison de la mauvaise condition des trottoirs et des rampes. Elle a dû faire demi-tour de nombreuses fois à cause de creux dans les trottoirs.

« Lorsque vous êtes paralysé, vous êtes dans un fauteuil roulant pour une raison. Les difficultés associées à de petites choses comme des trottoirs peuvent sembler banales, mais ça ne l’est pas pour une personne en fauteuil roulant. »

— Une citation de  Terri Sleeva, résidente de Regina

Le pont à proximité de sa maison à Uplands a été rénové par la Ville il y a quelques années. Les pavés ont totalement été remplacés, la Ville a fait un magnifique travail, dit-elle.

Le pont est toutefois inutilisable à cause d’une pente à pique. C’est horrible de descendre. Ils l’ont réalisé après avoir fini tout le travail, ajoute-t-elle.

Les obstacles physiques auxquels font face les personnes handicapées doivent être reconnus par tous pour que les personnes en position de pouvoir règlent le problème.

« Jusqu’à ce que cela soit fait, ce n'est pas équitable. Nous ne sommes pas traités de la même façon. Nous restons à la maison et nous ne pouvons pas sortir. Il devrait y avoir plus d’accès. »

— Une citation de  Terri Sleeva, résidente de Regina

L'oreille attentive d'Andrew Stevens

Le conseiller Andrew Stevens dit qu’il est conscient de l’état des trottoirs à Regina et veut que le problème soit réglé. Il affirme que ce n’est pas rare de constater ce problème autour de lui.

De l’autre côté de ma rue, deux trottoirs sont dans un état de délabrement désespérant en raison de conduite d'eau brisée. Il y a un trou dans le trottoir, fait-il savoir.

Il existe selon M. Stevens un arriéré de 1300 demandes de réparation que la Ville s'est engagée à compléter d’ici 2023. Il ajoute que la Ville ne priorise pas les trottoirs comme les routes.

Je pense que les piétons, les usagers du transport en commun et les cyclistes sont une considération secondaire. Ça ne devrait pas être le cas, ça devrait être une priorité pour le conseil de ville.

Avec les informations de Jennifer Francis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !