•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan souhaite adopter un modèle d’immigration similaire à celui du Québec

Une photo du Palais législatif de la Saskatchewan prise le jour du budget provincial, le 23 mars 2022.

La Saskatchewan cherche à obtenir le même niveau d'autonomie que le Québec en matière d'immigration.

Photo : Radio-Canada / Matthew Howard

La Saskatchewan a présenté une proposition détaillée qui donnerait à la province une plus grande autonomie en matière d’immigration jeudi.

La Saskatchewan souhaite avoir des pouvoirs similaires à ceux du Québec en matière d'immigration, comme l'explique le ministre provincial de l’Immigration, Jeremy Harrison.

Selon la province, l'approche fédérale actuelle en matière d'immigration ne correspond pas à l'orientation de la croissance de la Saskatchewan.

L'Accord de la Saskatchewan permettra de s'assurer que la stratégie d'immigration répond aux besoins des employeurs de la province, soutient le ministre.

L'immigration est un élément clé du plan visant à faire passer la province à 1,4 million de résidents et à créer 100 000 emplois supplémentaires d'ici 2030.

La Saskatchewan s'attend à atteindre et à dépasser le plafond actuel de 6000 personnes dans le cadre du Programme des candidats à l'immigration de la Saskatchewan (PCIS) cette année.

La province ne peut pas mettre son plan en œuvre sans une augmentation du plafond fédéral.

Plus de retombées économiques pour la Saskatchewan

Par voie de communiqué, le gouvernement provincial indique que le nouvel Accord sur l'immigration de la Saskatchewan lui donnerait le pouvoir exclusif de désigner les nouveaux arrivants qui s'installent dans la province.

La province entend également avoir le contrôle en matière d'immigration familiale.

Un transfert des ressources fédérales pour les services d'établissement fait partie du plan présenté par la province.

Le transfert du financement de l'établissement signifierait qu'environ 42 millions de dollars seraient transférés à la province chaque année.

« Nous connaissons mieux les besoins et le marché du travail de notre province que le gouvernement du Canada. »

— Une citation de  Jeremy Harrison, ministre de l’Immigration de la Saskatchewan

La Saskatchewan a besoin de plus d'autonomie et de souplesse en matière d'immigration afin de répondre à ses besoins économiques et de combler les lacunes du marché du travail, fait valoir Jeremy Harrison.

Les gouvernements provinciaux sont les mieux placés pour répondre aux besoins du marché du travail local en accueillant de nouveaux Canadiens , dit Jeremy Harrison.

Selon lui, un nouvel accord avec la Saskatchewan réduirait la confusion chez les nouveaux Canadiens et permettrait à la province d'assurer la continuité dans les services allant de l'arrivée à l'intégration des arrivants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !