•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elliot Lake restitue des terres traditionnelles à la Première Nation de Serpent River

La devanture de l’hôtel de ville d’Elliot Lake.

Quatres acres de terres seront retournés à la Première Nation de Serpent river.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Radio-Canada

Le conseil municipal d’Elliot Lake a décidé lundi de restituer des terres à la Première Nation de Serpent River. La communauté autochtone recevra un terrain de 4 acres qui se trouve sur la rive du lac Elliot.

La Couronne a transféré ce terrain à la municipalité d'Elliot Lake en 2003. Depuis, ces terres sont virtuellement inutilisées, affirme le maire de la ville, Dan Marchisella.

En redonnant ces terres à la communauté autochtone, la municipalité a l’intention de poser un geste concret pour assurer la collaboration des deux communautés, selon le directeur général de la ville d’Elliot Lake, Daniel Gagnon.

Daniel Gagnon.

Le directeur municipal d’Elliot Lake, Daniel Gagnon.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

« C’est important que le conseil et l’administration soient conscients du concept de réconciliation, car tous les terrains sur la ville d’Elliot Lake sont des terres traditionnelles des Amérindiens [sic] de la Première Nation de Serpent River. »

— Une citation de  Daniel Gagnon, directeur général de la ville d'Elliot Lake

Cette décision est née à la suite de rencontres avec le conseil municipal qui avaient pour but de tisser des liens entre Elliot Lake et la Première Nation. La restitution représente une véritable mise en action vers la réconciliation, selon le chef de la Première Nation de Serpent River, Brent Bisaillon.

C’est un beau geste de réconciliation et d’action, une ville qui redonne une parcelle de terrain à une Première Nation, et nous pouvons l’utiliser de la façon que nous voulons.

Brent Bissaillion se tient debout devant un lac.

Brent Bissaillion, chef de la Première Nation de Serpent River, espère que ces gestes se reproduisent de la part de la municipalité.

Photo : CBC/Erik White

Malgré les consultations, le chef se dit surpris de l’acte.

C'était une surprise que nous allions recevoir ce morceau de terre en particulier, car nous avons discuté d'autres façons de réintroduire Serpent River dans la ville. Ils nous ont ensuite proposé la terre, dit-il.

Opportunités économiques

Le chef Brent Bisaillon raconte que les possibilités de développement économique sont infinies. Le terrain se trouve au bord de l’eau, près de la plage communautaire.

Nous allons déterminer comment nous pouvons améliorer la région, et sonder les membres de la Première Nation pour savoir ce qu’ils veulent.

Il espère que davantage de retours des terres se reproduisent dans l’avenir et que la collaboration avec la ville d’Elliot Lake persiste.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !