•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada et le Royaume-Uni coopèrent sur la menace russe et chinoise en Arctique

Portrait du général Wayne Eyre.

Le chef d'état-major des Forces armées canadiennes, le général Wayne Eyre, a déclaré en mars qu'il n'est pas inconcevable que la souveraineté du Canada puisse être contestée dans le Nord (Archives).

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

La Presse canadienne

Le Royaume-Uni enverra bientôt à son haut-commissariat à Ottawa un expert militaire sur la menace posée par la Russie et la Chine dans l'Arctique.

Nick Diggle est un ancien officier de la Royal Navy et un spécialiste de la recherche en sécurité dans l'Arctique. Dans ce qui est un signe d'approfondissement de la coopération entre le Canada et le Royaume-Uni sur les questions de défense, M. Diggle arrivera au Canada en septembre.

La protection de la région arctique est une préoccupation majeure pour les Forces armées canadiennes. Lors d'une conférence tenue à Ottawa en mars, le chef d'état-major de la Défense, le général Wayne Eyre, a déclaré que la Russie avait réoccupé dans son Grand Nord des bases abandonnées lors de la guerre froide.

La menace d'une incursion russe dans l'Arctique canadien est très faible pour le moment, a dit le général Eyre, mais à son avis, il n'est pas inconcevable que la souveraineté du Canada puisse être contestée dans le Nord, d'autant plus qu'au Canada, cette région est vulnérable en raison de sa faible population et de son manque d'infrastructures.

Nick Diggle a fait des recherches à l'Université d'Oxford sur la façon dont le Royaume-Uni et le Canada peuvent travailler ensemble pour combattre la menace géostratégique de la Russie et de la Chine dans l'Arctique.

Dans une entrevue accordée en octobre au Sunday Times, un journal britannique, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré que Londres prévoyait conclure de nouveaux accords de sécurité avec des pays démocratiques pour lutter contre l'influence de la Chine et de la Russie.

Le général sir Jim Hockenhull, chef du renseignement de défense au Royaume-Uni, a quant à lui signalé l'année dernière que son pays prévoyait envoyer davantage de personnel de renseignement à l'étranger.

Le ministère de la Défense du Royaume-Uni a déclaré à La Presse canadienne qu'il augmentait son personnel du renseignement de défense en poste à l'étranger pour aider le pays à établir des relations avec des partenaires internationaux clés.

Nick Diggle, qui n'a pas répondu à une demande d'entrevue, est entré dans la Royal Navy en tant qu'officier en 1988. Il a servi dans la marine pendant plus de 12 ans, avant de rejoindre le ministère britannique des Affaires étrangères, où il a occupé divers postes et affectations à l'étranger, notamment à Oman et au Mexique.

Il a également récemment travaillé sur les questions mondiales de lutte contre le terrorisme à Londres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !