•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival acadien de poésie de Caraquet : miser sur les connexions humaines

L'affiche du festival.

Le Festival acadien de poésie de Caraquet se déroulera du 28 au 31 juillet.

Photo : Festival acadien de poésie de Caraquet (Facebook)

Radio-Canada

Ce sera le retour en présentiel de toutes les activités du Festival acadien de poésie de Caraquet après deux années en mode hybride. Pour l’occasion, le festival qui en est à sa 26e année misera sur les connexions humaines.

Un texte de Marie Andrée Leblond

À la découverte de nouvelles formes d’expression poétique

Du 28 au 31 juillet, des poètes de la francophonie canadienne et de la Louisiane seront au rendez-vous.

Bien que souvent présentée de façon littéraire, la poésie peut prendre plusieurs formes.

Il sera possible de porter un regard nouveau sur les pratiques mixtes de la poésie par l’entremêlement à la danse ou à la vidéo d’art.

« C'est beau la poésie dans les livres, mais c'est aussi beau quand elle est incarnée par les poètes qui la crée. C'est vraiment dans cette incarnation là qu'on a voulu aller puiser autant avec les poètes en présence, qu'avec justement la poésie du corps avec la danse, avec le tatouage, donc c'est vraiment ça, d'aller frapper là où les gens nous attendent c'est à dire en personne et je pense que c'est ce qui va plaire au public d'ailleurs. »

— Une citation de  Jonathan Roy, directeur artistique et général du Festival acadien de poésie de Caraquet

Les connexions humaines en avant plan

Pour Jonathan Roy, les vers du regretté poète Raymond Guy LeBlanc qui ont été choisis pour orner l’affiche, expriment parfaitement l’essence de l’événement : j’inventerai le monde // et vous viendrez pour lui donner / toute sa densité d’humaine poésie.

Jonathan Roy parle à la radio.

Le poète Jonathan Roy

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Durant ces quatre journées, les poètes présenteront leur travail et seront avides d’échanges passionnés avec le public qui leur a tellement manqué dans les deux dernières années.

Formes de rencontres

  • Sept lectures collectives en divers lieux branchés du Grand Caraquet (dont une visite dans un foyer pour personnes aînées),
  • Cinq ateliers à l’attention du grand public et/ou des pros (écriture, danse-poésie, vidéopoésie, interprétation)
  • Quatre rencontres et tables rondes, 3 soirées de poésie interdisciplinaires (dont la traditionnelle Soirée de poésie Martin-Pître)
  • Trois expositions de poésie dans l’espace public
  • Deux lectures intégrales de recueils acadiens marquants,
  • Une soirée entièrement consacrée à la relève littéraire acadienne, une performance d’écriture en direct au marché régional de Caraquet, un kiosque de tatouages poétiques, une conférence avec France Daigle sur ses pratiques hybrides ainsi qu’une projection de vidéopoèmes pleinement acadien

Une poésie à l’image des communautés

Depuis 1997, le festival est en constante évolution et est devenu une tribune importante pour les poètes Acadiens, mais également des divers horizons de la francophonie, tant au niveau national qu'ailleurs dans le monde.

Les gens, j’ai l’impression, voient de plus en plus à quel point la poésie est pour tout le monde, il suffit de ne pas avoir peur de se prêter au jeu, explique Jonathan Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !