•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Richard Martel « extrêmement déçu » de l’attitude des dirigeants de Hockey Canada

Le député conservateur Richard Martel prend la parole durant la période de questions à la Chambre des communes.

Le député conservateur Richard Martel à la Chambre des communes (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, se dit « extrêmement déçu » de l'attitude des dirigeants de Hockey Canada dans l’affaire du présumé viol collectif qui se serait produit en 2018.

Le député prenait part aux travaux du Comité permanent du patrimoine canadien sur la responsabilité de Hockey Canada face aux allégations de viol collectif qui aurait impliqué huit jeunes hockeyeurs de l’Équipe Canada junior.

Le directeur principal de Sport Canada, Michel Ruest, était interrogé mardi après-midi devant le comité. Il a déclaré que son organisation avait été informée des agressions sexuelles présumées, mais qu’aucun suivi n’avait été fait auprès de Hockey Canada à l’époque.

Quand on a su qu'eux autres le savaient depuis 2018, et que la ministre l'a su deux jours avant que ça sorte au grand jour, on ne comprenait pas, là, a déploré le député Richard Martel, après avoir affirmé avoir été extrêmement déçu par les agissements de Sport Canada, en entrevue à Place publique mardi après-midi.

Richard Martel estime que l'organisme se dérobe à ses responsabilités. Il croit toutefois que la ministre des Sports, Pascale St-Onge, est de bonne foi dans ce dossier.

« Je pense que madame St-Onge, la ministre des Sports, est de bonne foi. Elle veut changer les choses, il faut être honnête. On ne fait pas de la politique, là. Elle veut changer des choses, mais je pense que Sport Canada lui a nui dans ce dossier-là, puisqu’il y a des redditions de comptes là aussi à donner. »

— Une citation de  Richard Martel, député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord

Richard Martel, qui est porte-parole en matière de sports pour le Parti conservateur du Canada, croit que les responsables de Hockey Canada doivent répondre de leurs actes.

C’est comme ça, il y a de l’imputabilité qui doit être là. Je veux dire, s’ils n'ont pas fait la job, il y a des questions à se poser. Si Hockey Canada n’a pas fait la job tout ce temps-là aussi, il y a des questions à se poser. Quand le coach ne fait pas la job, il est dehors, a fait remarquer l'ancien entraîneur-chef des Saguenéens de Chicoutimi.

Richard Martel attend toutefois la comparution des dirigeants mercredi devant le comité avant de se prononcer sur leur renvoi ou non à la tête de Hockey Canada.

Avec les informations de Michel Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !